•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les primes d'assurance risquent d'augmenter au Nouveau-Brunswick, selon une experte

Une personne quitte sa maison en canot.

La Croix-Rouge demande à toute personne qui évacue son foyer de s'enregistrer auprès d'elle, même si elle n'a pas besoin de dormir dans un refuge.

Photo : Radio-Canada / Marielle Guimond

Radio-Canada

Les inondations majeures qui frappent le Nouveau-Brunswick pour une deuxième année consécutive risquent fort d'avoir une incidence sur les primes d'assurance dans la province.

Des compagnies d’assurance pourraient se montrer réfractaires à assurer les propriétaires établis dans une zone inondable, selon la défenseure du consommateur en matière d’assurance Michèle Pelletier.

Ça peut arriver. Ça va sûrement arriver aussi que nos primes augmentent parce qu'il va y avoir beaucoup de réclamations, estime Mme Pelletier.

Tous les propriétaires dans la province, qu’ils soient sinistrés ou non, pourraient voir leurs primes augmenter.

C'est certain que tout le groupe va avoir des augmentations. Ceux qui sont dans des zones inondables et qui ont déjà cette couverture-là [contre les inondations], c'est certain qu’eux, ça risque d'augmenter encore plus, affirme Michèle Pelletier.

Michèle Pelletier en entrevue dans les studios de Radio-Canada à Bathurst, au Nouveau-Brunswick, le 25 avril 2019.

Michèle Pelletier, défenseure des consommateurs en matière d'assurance.

Photo : Radio-Canada

Les compagnies d’assurance établissent les primes en faisant une moyenne, précise-t-elle.

Les compagnies vont dire : "OK, cette année on prévoit avoir x nombre de dollars en termes de réclamations, et là on fait au prorata." Pratiquement tout le monde va avoir une augmentation des primes cette année, on peut [le] prédire déjà.

Les propriétaires sinistrés à l’heure actuelle devraient communiquer avec leur assureur afin de vérifier si les dommages sont couverts, conseille Mme Pelletier.

Parce que la couverture pour les inondations, ce n'est pas une couverture qui est offerte encore avec toutes les compagnies d'assurance, et c'est une couverture supplémentaire. [...] C'est important de vérifier s'ils l'ont, explique-t-elle.

Cette couverture supplémentaire comporte évidemment un coût, mais elle peut en valoir la peine, ajoute Michèle Pelletier.

En zone inondable, il y a certaines zones qui sont moins à risque que d'autres, mais on ne sait jamais ce qui peut arriver. D'en discuter avec son courtier d'assurance, c'est une bonne manière de commencer.

Avec des renseignements de Marie-Hélène Lange

Nouveau-Brunswick

Assurances