•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La sécurité de 20 000 documents classifiés compromise au fédéral : doit-on s’inquiéter?

Des documents dans un fichier « top secret ».

Entre le 1er janvier 2016 et le 20 février 2019, plus de 20 000 documents classifiés ou protégés du gouvernement ont été rangés d'une manière qui ne respectait pas les exigences liées à leur niveau de sécurité.

Photo : Getty Images

Angie Bonenfant

Depuis que les libéraux ont pris le pouvoir à Ottawa, plus de 20 000 documents classifiés ou protégés du gouvernement ont été rangés d'une manière qui ne respectait pas les exigences liées à leur niveau de sécurité.

Ces manquements se sont produits entre le 1er janvier 2016 et le 20 février 2019. On ignore si l'un des incidents a entraîné une atteinte à la sécurité nationale ou à la vie privée.

Selon des documents déposés à la Chambre des communes le 9 avril dernier, la majorité des infractions se sont produites à Emploi et Développement social Canada, où près de 5000 documents sensibles ont été entreposés de manière inappropriée.

Le ministère de la Justice, qui a rapporté avoir mal rangé 1483 documents, arrive au second rang. Suivent ensuite le ministère de l’Agriculture et l'Agroalimentaire du Canada et le Centre de la sécurité des télécommunications, qui ont respectivement mal entreposé 1426 et 1394 documents confidentiels.



Les documents révèlent également qu’une vingtaine de ces infractions ont été commises par des employés travaillant dans des cabinets de ministres, mais qu’une seule personne a perdu sa cote de sécurité à la suite de ces incidents.

Onze (11) infractions ont eu lieu dans le bureau du ministre des Pêches et des Océans, la majorité en 2017, alors que le député de Beauséjour, Dominic LeBlanc, assumait ces fonctions. Sept incidents se sont produits dans le bureau de la ministre de la Justice sous le règne de Jody Wilson-Raybould, et trois dans le bureau de la ministre de la Santé, Ginette Petitpas Taylor.

L’employé qui a perdu sa cote de sécurité après avoir mal entreposé des documents sensibles travaillait d’ailleurs dans le cabinet de Mme Petitpas Taylor.

Doit-on s’inquiéter?

Même si des milliers de documents classifiés et protégés ont été mal entreposés au cours des trois dernières années, cela ne veut pas nécessairement dire qu’ils sont tombés dans de mauvaises mains. Plusieurs ministères ont indiqué que les documents en question n’ont jamais quitté « la garde de l’organisation ».

On ne parle pas, ici, de documents perdus, mais de documents qui n’ont peut-être pas été utilisés ou rangés comme il se devait, juge le PDG du groupe Northgate et ancien agent du renseignement au SCRS, Michel Juneau-Katsuya. Compte tenu du fait qu’il y a 250 000 employés à travers le gouvernement fédéral et qu'il s'agit de plus ou moins 7000 documents mal rangés par année, je crois que c’est un niveau acceptable.

Même si on aspire à la perfection, en matière de sécurité, c’est très difficile à atteindre, voire quasi impossible.

Michel Juneau-Katsuya, ancien agent du renseignement au SCRS

En revanche, M. Juneau-Katsuya semble détecter un certain laxisme dans les ministères qui sont moins réputés pour être victimes d’espionnage, tel que les ministères de l’Agriculture, de l’Environnement ou des Ressources naturelles.

Deux personnes s'échangent des documents confidentiels.

Entre le 1er janvier 2016 et le 20 février 2019, plus de 20 000 documents classifiés ou protégés du gouvernement ont été rangés d'une manière qui ne respectait pas les exigences liées à leur niveau de sécurité.

Photo : Getty Images / ferrantraite

Il s’interroge sur les efforts qui sont déployés pour sensibiliser l'ensemble des employés fédéraux à l’importance de protéger les informations du gouvernement, et pas uniquement ceux qui travaillent à la GRC, au SCRS ou à la Défense nationale, par exemple.

Il faut comprendre que depuis la fin de la guerre froide, sur la scène internationale, on est passé d’une confrontation militaire à une confrontation économique, explique-t-il. En matière d’espionnage industriel,il n’y a pas de ministère insignifiant. Il n’y a pas d'information insignifiante, désuète ou farfelue.

Le Canada est dans la mire de plusieurs pays internationaux, car on a beaucoup à offrir, insiste-t-il.Le gouvernement se doit d’en faire beaucoup plus.

Tous les experts s’entendent pour dire qu’il y a beaucoup plus d’activité d’espionnage maintenant qu’il y en avait même au pic de la guerre froide.

Michel Juneau-Katsuya, ancien agent du renseignement au SCRS

Malheureusement, il y a énormément d’informations qui disparaissent chaque année, rappelle l’ex-agent du renseignement.

Les experts estiment que le Canada perd dans sa globalité en moyenne de 100 à 120 milliards de dollars en opportunités et en propriétés intellectuelles. Il faut collectivement que les gouvernements fédéral et provinciaux soient beaucoup plus en alerte pour sensibiliser la population et développer des réflexes d’affaires qui sont différents d’avant, souligne-t-il.

Politique fédérale

Politique