•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Doug Ford a déjà éliminé près de 2400 postes dans la fonction publique

Deux hommes se serrent la main.

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, félicite son ministre des Finances Vic Fedeli à la suite de la présentation du budget de la province, à Queen’s Park, le 11 avril.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Philippe de Montigny

Sous les conservateurs de Doug Ford, la taille de la fonction publique est passée de 67 868 employés à temps plein en juin 2018 à 65 475 en février dernier, selon le Conseil du Trésor de l'Ontario. Il s'agit d'une réduction de 3,5 % depuis l'arrivée au pouvoir de M. Ford.

Et ce chiffre pourrait croître au cours des prochains mois.

En effet, en plus d’ordonner un gel d’embauche dans le secteur public au tout début de son mandat, le gouvernement Ford s’est donné la mission de réduire la taille de la fonction publique sans mises à pied – par attrition ou par des départs volontaires.

En décembre, la province a élargi ses deux programmes de départ volontaire pour permettre aux gestionnaires et aux membres du personnel non syndiqué d’en bénéficier, jusqu’à la fin de février.

Le gouvernement est en train de revoir ces demandes, et le nombre total de départs volontaires reste à finaliser, indique par courriel le Conseil du Trésor, qui gère la rémunération des fonctionnaires et supervise les relations de travail.

Les décisions liées au personnel seront prises, de sorte que les services essentiels accordés aux Ontariens ne soient pas compromis.

Peter Bethlenfalvy, président du Conseil du Trésor
Le président du Conseil du Trésor de l'Ontario, Peter Bethlenfalvy.

Le président du Conseil du Trésor de l'Ontario, Peter Bethlenfalvy.

Photo : Radio-Canada

Le Conseil du Trésor n’a pas précisé combien d’argent serait déboursé pour ses offres de départ volontaire ni les économies prévues en matière de réduction de la masse salariale.

Syndicats inquiets

Les syndicats qui représentent les employés de la fonction publique craignent que leurs membres déjà surchargés ne soient dépassés.

Dave Bulmer, président-directeur général de l’Association des employés gestionnaires, administratifs et professionnels de la Couronne de l’Ontario (AMAPCEO), affirme que ses membres restants auront à récupérer cette importante charge de travail.

Nous savons ce que cela signifie : moins de services de qualité pour le public et plus de stress, de maladies et de difficultés pour les employés, affirme-t-il.

Le PDG d'AMAPCEO ajoute que le financement des services publics par habitant en Ontario est déjà au niveau le plus bas du pays.

Le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO), Warren 'Smokey' Thomas.

Le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO), Warren 'Smokey' Thomas.

Photo : Radio-Canada

Le Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario (SEFPO) estime que le travail continuera de se faire par l’entremise de consultants du secteur privé, une pratique que la vérificatrice générale avait vivement critiquée dans de son dernier rapport.

Il y aura un grand impact au niveau des travailleurs de première ligne.

Warren ‘Smokey’ Thomas, président du SEFPO

Des retards pour obtenir votre certificat de naissance, votre permis de conduire, un service plus lent dans les succursales Service Ontario, [...] moins d’employés pour le traitement de l’eau, la réfection des autoroutes, la répartition des appels 911, les services d’incendie dans le nord de la province et j’en passe, ajoute M. Thomas.

L'agent répond à un appel d'urgence et place l'appel aux ambulanciers sur le terrain.

Un agent des services paramédicaux au centre de répartition des services d'urgence de Kingston en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Départs volontaires approuvés :

  • 1150 membres du SEFPO (580 en attente d'une réponse)
  • 477 membres d'AMAPCEO
  • 450 gestionnaires non syndiqués

* Radio-Canada n'a pas pu obtenir les chiffres de l'Association des avocats de la Couronne de l'Ontario ni ceux du syndicat des ingénieurs du gouvernement de l'Ontario.

Après avoir réclamé une rencontre avec le premier ministre à plusieurs reprises, le président du SEFPO espère sensibiliser les députés conservateurs d’arrière-ban quant aux effets des compressions dans leur circonscription.

Pour sa part, le gouvernement entend continuer d’offrir ses deux programmes de départ volontaire aux employés syndiqués jusqu’à la fin de l’année.

Ces mesures incitatives donnent aux employés le choix et la flexibilité de prendre leur propre décision de carrière, tout en permettant au gouvernement de moderniser et de réaffecter ses ressources là où il y a le plus grand besoin, affirme le Conseil du Trésor.

Une version précédente de ce texte présentait des chiffres arrondis du nombre d'employés de la fonction publique. Ces chiffres ont été remplacés par les chiffres précis.

Toronto

Politique provinciale