•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gilbert Rozon choisit un procès devant jury

Gilbert Rozon à sa sortie du Centre opérationnel Est du SPVM en août dernier

Gilbert Rozon subira son enquête préliminaire le 12 novembre prochain.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Gilbert Rozon, qui est accusé de viol et d'attentat à la pudeur, a choisi de subir un procès devant juge et jury.

Il pourra cependant changer d'idée à tout moment du processus judiciaire et décider de subir un procès devant juge seul.

Le fondateur du festival Juste pour rire était de retour en cour jeudi matin, entre autres pour fixer une date pour son enquête préliminaire, une procédure qui a pour but de tester la solidité de la preuve que possède la poursuite contre l'accusé.

Gilbert Rozon n'était pas présent à la cour. Il était représenté par son avocat, Pierre Poupart. Ce dernier a mentionné que son client serait présent lors de l'enquête préliminaire qui aura lieu le 12 novembre et qui devrait durer une seule journée.

D'autres dates avaient été offertes aux procureurs, mais en raison de conflits d'horaire tant du côté de la poursuite que de la défense, celle du 12 novembre a été retenue.

Les gestes qu'on reproche à l'homme d'affaires seraient survenus en 1979 à Saint-Sauveur. La victime ne peut être identifiée en vertu d'une ordonnance de la cour.

« La poursuite a l’intention de mettre en preuve une déclaration vidéo de la plaignante au dossier, qui sera par ailleurs disponible pour un contre-interrogatoire de la défense, si la défense souhaite poser des questions », a affirmé Bruno Ménard, procureur aux poursuites criminelles et pénales.

Les accusations ont été déposées en vertu du Code criminel en vigueur à l'époque, ce qui explique le libellé des chefs d'accusation, le crime de viol n'existant plus de nos jours sous cette appellation.

Gilbert Rozon fait aussi face à une poursuite civile intentée par une vingtaine de femmes regroupées sous l'appellation « Les Courageuses ». Celles-ci lui réclament au-delà de 10 millions de dollars en dommages punitifs pour des gestes d'inconduite sexuelle commis entre 1982 et 2016.

Avec les informations de La Presse canadienne

Justice et faits divers