•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : Bracebridge s'attend à d'autres évacuations

Photo d'un banc de parc submergé près d'une rivière

Le niveau d'eau de la rivière Muskoka à Bracebridge est plus élevé que lors des inondations de 2013, selon les autorités municipales.

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel

Radio-Canada

Une centaine de maisons ont été évacuées à Bracebridge, au nord de Toronto, en raison d'inondations. Les autorités s'attendent à ce que le nombre de sinistrés augmentent au cours des prochains jours à cause de la pluie prévue.

Bracebridge a décrété l'état d'urgence mardi soir.

La pluie pourrait recommencer à tomber sur la région jeudi soir, selon Environnement Canada, qui prévoit 20 mm à 30 mm de pluie supplémentaires vendredi.

Je m'inquiète vraiment pour demain.

Graydon Smith, maire de Bracebridge
Photo d'un homme portant un chandail gris se tenant debout devant un micro

Le maire de Bracebridge, Graydon Smith

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel

Le niveau de la rivière Muskoka dépasse celui atteint lors des inondations de 2013, raconte Yvon Gravel, ingénieur pour le service des travaux publics de la Ville.

Y'a beaucoup de monde qui est évacué comme c'est là dans les endroits qui sont déjà inondés. Le monde qui ont eu des inondations en 2013 se sont fait recommander de se préparer à évacuer.

Yvon Gravel, ingénieur municipal
Photo d'un barrage sur une rivière

Le débit de la rivière Muskoka atteignait 240 m/s, jeudi matin, à Bracebridge, selon l'ingénieur municipal Yvon Gravel.

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel

Pour l'instant, quatre secteurs de la Ville regroupant plusieurs centaines de résidences sont touchés par les inondations, ajoute le maire de Bracebridge, Graydon Smith.

Il précise que les avis d'évacuation ne sont pas obligatoires, mais il incite tout résident touché à quitter son domicile par mesure de sécurité.

Les sinistrés peuvent composer le 211 pour obtenir de l'aide ou se trouver un logis temporaire pour la nuit si besoin est.

Nombre d'organismes, y compris la Croix-Rouge et l'Armée du Salut, viennent par ailleurs en aide aux sinistrés.

Comme c'est là, ça a surpassé 2013. En 2013, le monde n'était pas aussi préparé qu'aujourd'hui. Les choses se passent peut-être plus calmement, mais en même temps, on ne sait pas où ça va se terminer, affirme M. Gravel.

Le courant pourrait être coupé, jeudi, pour certaines résidences inondées par mesure de précaution, indique le maire.

Toronto

Environnement