•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À une semaine de son assemblée, Bombardier sabre ses prévisions

Alain Bellemare.
Alain Bellemare, président-directeur général de Bombardier (archives) Photo: La Presse canadienne / Paul Chiasson
La Presse canadienne

Après avoir vu Bombardier sabrer ses prévisions de revenus et de bénéfices pour l'exercice, certains analystes s'interrogent sur la crédibilité de l'entreprise, qui tente de finaliser son plan de redressement de cinq ans.

Citant entre autres des problèmes de production au sein de sa division ferroviaire, la multinationale a indiqué jeudi s'attendre à générer des revenus de 17 milliards de dollars américains en 2019, soit 1 milliard de dollars américains de moins que prévu.

Sur le parquet de la Bourse de Toronto, le titre de Bombardier a piqué du nez, abandonnant 25 % en début de séance. L'action a finalement clôturé à 2,48 $, en baisse de 44 cents, ou 15,07 %.

Le manque à gagner est principalement du côté de la division de matériel roulant, où les recettes devraient être inférieures d'environ 750 millions de dollars américains en raison de délais et d'un ralentissement de la cadence de production pour certains contrats d'envergure.

Nous avons eu un premier trimestre plus faible en raison du calendrier de livraisons d'avions, des taux de change défavorables et de l'accélération moins rapide que prévu de projets chez [Bombardier] Transport.

Alain Bellemare, président et chef de la direction de l'entreprise

Surprise

Néanmoins, Walter Spracklin, de RBC Marchés des capitaux, a estimé que la nouvelle influait sur la crédibilité du plan de redressement. Selon l'analyste, il s'agit d'un « autre pas en arrière » depuis l'automne dernier, dans la foulée de résultats décevants au troisième trimestre où des retards chez Bombardier Transport avaient plombé les liquidités de la société.

Dans une note, M. Spracklin s'est montré surpris de voir Bombardier abaisser aussi rapidement ses prévisions – à peine quatre mois après la journée des investisseurs du 6 décembre.

« Nous croyons que cela amplifie l'incertitude et la prévisibilité entourant les activités de l'entreprise », a-t-il écrit.

Depuis qu'il a pris les commandes de Bombardier en 2015, M. Bellemare a déployé un plan de redressement qui doit s'échelonner jusqu'à la fin de 2020 pour permettre à l'entreprise d'afficher notamment un chiffre d'affaires de 20 milliards de dollars américains et au moins 750 millions en flux de trésorerie.

Le communiqué publié jeudi par le constructeur d'avions et de trains ne fait aucune mention des objectifs de l'an prochain, mais par courriel, l'entreprise a indiqué ne pas avoir « d'autres ajustements » à annoncer.

Qualifiant la nouvelle de « négative », Benoit Poirier, de Desjardins marchés des capitaux, a également soulevé, dans une note, des questions concernant le plan quinquennal qui devrait se terminer l'année prochaine.

« Du point de vue des investisseurs, nous anticipons une réaction négative, car nous croyons que ceux-ci vont remettre en question les prévisions [des flux de trésorerie] pour 2019 ainsi que les objectifs de 2020 », a souligné l'analyste.

Des retards et d'autres problèmes ont plombé la performance de Bombardier Transport, la division qui génère le plus de revenus, au cours des derniers mois.

En février, la multinationale avait décidé de procéder à un changement au sein de sa division ferroviaire en confiant les commandes à Danny Di Perna, qui a remplacé Laurent Troger, qui était en poste depuis décembre 2015.

« Nous continuons de croire que ces défis seront en grande partie réglés cette année et demeurons confiants quant à l'amélioration des marges et des flux de trésorerie en 2020 », a tempéré Cameron Doerksen, de la Financière Banque Nationale.

D'autres baisses

En ce qui a trait aux profits pour 2019, le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements devrait osciller entre 1,5 milliard et 1,65 milliard de dollars américains, par rapport à la fourchette précédente variant de 1,65 milliard à 1,8 milliard de dollars américains.

Si les prévisions demeurent inchangées du côté des avions d'affaires pour 2019, les recettes devraient fléchir de 250 millions de dollars américains du côté des avions commerciaux, où il y aura moins de livraisons dans la foulée de la vente plus rapide du programme d'avions à hélices Q400 à Viking Air.

Bombardier dévoilera ses résultats du premier trimestre le 2 mai, avant son rendez-vous annuel. La société anticipe des revenus d'environ 3,5 milliards de dollars américains, ce qui est inférieur à la prévision de 4,03 milliards des analystes sondés par Thomson Reuters Eikon.

Transports

Économie