•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pénurie d'anesthésistes à Yarmouth pourrait forcer des femmes à quitter la région pour accoucher

La Régie de la santé de la Nouvelle-Écosse assure quand même la présence constante d'un anesthésiste.
L'Hôpital régional de Yarmouth ne compte actuellement qu'un seul anesthésiste, alors qu'il est censé en avoir quatre. Photo: Radio-Canada / CBC/Robert Short
Radio-Canada

Des femmes enceintes de Yarmouth viennent d'apprendre qu'elles devront peut-être quitter la région pour accoucher. La Régie de la santé de la Nouvelle-Écosse leur a envoyé une lettre cette semaine pour les en avertir.

L’Hôpital régional de Yarmouth ne compte actuellement qu’un seul anesthésiste, alors qu’il est censé en avoir quatre. Le seul anesthésiste se consacre surtout aux opérations urgentes et, dans certaines circonstances, aux accouchements.

La lettre de la Régie demande aux patientes de la clinique prénatale d’appeler à l’hôpital avant de s’y rendre pour leur accouchement, car il est possible qu’elles soient dirigées vers un autre établissement. Les patientes peuvent toujours se rendre à l’Hôpital régional de Yarmouth pour leurs rendez-vous en soins prénataux.

La docteure Cheryl Pugh, de la Régie de la santé de la Nouvelle-Écosse, précise que les hôpitaux ont besoin d’anesthésistes lors d’accouchements, pour les épidurales et les césariennes. Elle dit que la lettre se veut surtout un avertissement, pour permettre aux femmes et à leurs proches de s’organiser dans l’éventualité où elles ne pourraient pas accoucher à Yarmouth.

La docteure Pugh précise qu’un nouvel anesthésiste doit arriver en mai, à Yarmouth. Nous comprenons la frustration des gens de la région et nous voulons qu’ils sachent que la stabilité des services est notre priorité, dit-elle.

La Régie de la santé de la Nouvelle-Écosse discute actuellement avec le service d’ambulances EHS afin d’assurer le transport des patientes qui auraient besoin de se rendre dans un autre hôpital. Les options sont l’Hôpital régional de la Vallée, à Kentville, l’Hôpital régional South Shore, à Bridgewater, et le Centre des sciences de la santé IWK, à Halifax.

Incertitude pour les patientes

Mekala Wood, 23 ans, affirme que la lettre de la Régie l’a perturbée. Ce n’est vraiment pas ce que j’avais planifié pour mon accouchement, dit la jeune femme, qui est enceinte de 18 semaines de son troisième enfant.

L'hôpital le plus proche est à Bridgewater, à environ deux heures de route de Yarmouth. La Régie de la santé de la Nouvelle-Écosse a envoyé cette lettre cette semaine. Photo : Facebook/Kells Muize

L’hôpital de Bridgewater, à deux heures de route, est le plus proche de Yarmouth. Pour mon deuxième enfant, le travail n’a duré que 45 minutes et j’ai à peine eu le temps d’aller à l’hôpital, dit-elle. Je ne peux pas imaginer être capable de faire deux heures de route.

Une autre femme enceinte de Yarmouth indique qu’elle a quitté l’Ontario il y a deux ans pour élever sa famille en Nouvelle-Écosse, mais elle remet en question sa décision. C’est inquiétant. La pénurie de médecins est hors de contrôle, dit Brianne Gowman, qui attend elle aussi son troisième enfant et qui est enceinte de 29 semaines.

Son mari et elle réfléchissent actuellement aux possibilités qui se présentent à eux si elle ne peut pas accoucher à Yarmouth. Pour l’instant, notre plan est d’appeler à l’hôpital et, si ce n’est pas possible, nous devrons sauter dans la voiture et aller ailleurs, dit-elle. C’est tout ce qu’on peut faire.

Avec les informations d'Alex Cooke, de CBC

Nouvelle-Écosse

Soins et traitements