•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : l'eau continue à monter dans la plupart des régions du Québec

Le pont couvert Prud'homme, dans la municipalité de Brébeuf, enjambe la rivière du Diable.

Photo : Luc Bombardier

Radio-Canada

Le niveau des rivières en crue a continué à monter jeudi dans plusieurs régions du Québec et le nombre de propriétés inondées ne cesse de croître, alors que le barrage de la Chute-Bell, situé sur la rivière Rouge en Outaouais, menace de céder. Pendant ce temps, en Beauce, la région qui a été la plus touchée, on commence à nettoyer les dégâts.

Selon le dernier bilan publié par Urgence Québec à 19 h, le nombre de résidences inondées s'élevait à 3148, celui des résidences isolées à 2305 et, finalement celui des personnes évacuées a grimpé à 1111.

À titre comparatif, à 13 h, on comptait 2515 résidences inondées, ​2184 résidences isolées par les eaux et 919 personnes avaient été évacuées.

C’est à Sainte-Marie, en Beauce, qu'on trouve toujours le plus de maisons inondées, soit 500, même si l'eau baisse graduellement.

Mais c’est la région des Laurentides qui compte le plus de personnes évacuées, soit 551, avec un total de 1065 résidences inondées, notamment à Amherst, à Saint-André-d’Argenteuil et à Mont-Tremblant.

La Sûreté du Québec (SQ) procède à l'évacuation d'environ 250 personnes à Grenville-sur-la-Rouge de façon préventive parce que barrage de la Chute-Bell, situé sur la rivière Rouge à environ 18 kilomètres de l'embouchure de la rivière des Outaouais, menace de céder.

Une rupture de cette infrastructure construite en 1942 créerait un apport d'eau massif dans la rivière des Outaouais et, par la suite, vers le Saint-Laurent, là où des inondations ont déjà frappé des milliers de citoyens.

De nombreux tronçons de route sont fermés à la circulation aux quatre coins de la province en raison de l'eau qui recouvre la chaussée, particulièrement dans les Laurentides, dans Lanaudière et en Outaouais.

L’Outaouais

La fonte des neiges dans les montagnes des secteurs du nord de l'Outaouais, des Laurentides, de Lanaudière et de la Mauricie a entraîné des inondations dans ces régions, en plus d'accroître l'apport d'eau dans l'ensemble des cours d'eau qui se déversent dans le corridor déjà inondé de Gatineau à Trois-Rivières.

À Gatineau, l’eau devrait continuer à monter jusqu’à lundi, alimentée par la fonte des neiges et les 20 à 35 mm de pluie attendus d’ici samedi.

La situation risque de perdurer, puisqu’on croit qu’une partie de la neige qui fond en ce moment en Abitibi-Témiscamingue se retrouvera en Outaouais d’ici deux semaines. L'Abitibi-Témiscamingue a reçu beaucoup plus de neige qu'à l'habitude cet hiver.

Les autorités demandent d’ailleurs aux citoyens qui habitent dans des zones à risque de commencer à évacuer les lieux, sans en faire pour le moment une obligation, avant que leur sécurité soit compromise.

Gatineau a déjà dépensé un million de dollars pour protéger ses bâtiments de la crue, mais le nombre de maisons inondées continue d’augmenter, ainsi que celui des sinistrés, qui a augmenté de 100 personnes en 24 heures. Cela a porté le total de sinistrés à Gatineau à 517 personnes. À 19 h, on comptait 240 résidences inondées à Gatineau et 84 personnes évacuées​.

Dans l’ensemble de l’Outaouais, le bilan est maintenant de 366 maisons inondées. Elles étaient un peu moins d’une centaine au début de la semaine.

À Ottawa, le maire Jim Watson a déclaré l'état d'urgence pour faire face aux inondations. Selon lui, environ 400 soldats des Forces armées canadiennes devraient participer aux efforts de lutte aux inondations dans la ville. Il assure que la déclaration d'état d'urgence aidera les équipes de la ville, les bénévoles et les résidents des zones touchées.

Une maison complètement entourée d'eau.

La rivière des Outaouais continue de monter à Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Claudine Richard

Lachute

Dans les Laurentides, région particulièrement touchée, Lachute a été surprise par la crue des eaux de la rivière du Nord durant les derniers jours.

On y compte 85 résidences inondées et ​31 personnes évacuées.

Plusieurs secteurs qui ne connaissent pas d’habitude d’inondations printanières sont touchés, selon André St-Jacques, directeur de la sécurité incendie et coordonnateur des mesures d’urgence de la Ville de Lachute.

« À ma connaissance, ça fait plus de 40 ans qu’on n’a pas vécu de tels niveaux de crue », dit-il.

La situation pourrait empirer, puisqu’on prévoit jusqu’à 40 mm de pluie d’ici dimanche dans les Basses-Laurentides.

De passage à Lachute, nouvellement inondée jeudi, la ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault a précisé qu'elle n'hésiterait pas à déployer d'autres effectifs : « Si on devait éventuellement demander d'autres moyens, je n'hésiterais pas à le faire de la même façon que j'ai fait appel à l'armée très tôt dans le processus ».

L'eau est haute et recouvre complètement la chaussée.

Les rues sont inondées à Lachute.

Photo : Radio-Canada / Pascal Robidas

Rigaud

À Rigaud, l’eau qui ne cesse de monter et la pluie attendue en fin de semaine laissent craindre que la crue printanière atteigne un record.

« Nous avons une augmentation du débit à [la centrale] Carillon à 7900 m3/s, qui s’en va à la hausse. Le niveau de la rivière des Outaouais est passé à 24,77 m. […] C’est une évidence qu’on se dirige vers une crue centenaire », affirme le directeur intérimaire du Service de sécurité incendie de Rigaud, Daniel Boyer.

À 19 h, le dernier décompte fait état de ​83 résidences inondées, ​40 résidences isolées et ​254 personnes évacuées.

Laval

À Laval, les autorités ont décidé de bloquer l'accès au pont de l'île Bigras pour une durée indéterminée, « en raison de la montée constante des eaux ».

Une trentaine de militaires sont déployés à Laval-Ouest pour aider à installer des digues.

La municipalité compte 66 résidences inondées, 200 résidences isolées​ et ​40 personnes évacuées.

Mauricie

Maisons avec des sacs de sable

L'eau menace plusieurs résidences en Mauricie et au Centre-du-Québec, comme cette maison à Nicolet.

Photo : Radio-Canada

Ce soir, plusieurs villes de la Mauricie sont aux prises avec des propriétés où l'eau s'est infiltrée.

À Louiseville, on compte 160 résidences inondées, alors que ce chiffre est de 100 pour ​​Bastican et de 100 également pour ​Ste-Anne-de-la-Pérade. ​On recense 97 résidences inondées à Maskinongé.

La pluie menace la région de la Mauricie, où l’on attend vendredi de 30 à 50 mm de pluie.

Avec la neige qui continue de fondre en Haute-Mauricie, le niveau du lac Saint-Pierre ne fait qu’augmenter. Il devrait atteindre 3,75 m en fin de journée.

Près du tiers de l’effectif militaire déployé dans la province a été envoyé dans cette région, où il remplit pour le moment des sacs de sable, construit des digues et prête main-forte aux citoyens en difficulté.

On pense que la Mauricie pourrait rester des semaines sous l'eau.

Marie-Ève Giguère, météorologue à Environnement Canada, indique que selon les cartes de profondeur de neige on constate par exemple qu'il reste toujours entre 50 et 60 centimètres de neige sur toute la bande allant de Maniwaki à La Tuque et plus d'un mètre et demi dans Charlevoix.

Toute cette neige, une fois fondue, s'ajoutera aux systèmes hydriques qui s'écoulent vers le fleuve Saint-Laurent.

Beauce

Même si beaucoup de maisons demeurent inondées à Sainte-Marie, le niveau de la rivière Chaudière a considérablement diminué.

À Beauceville, où il ne reste plus que 30 résidences inondées, on commence déjà à s’inscrire au programme d’indemnisation gouvernemental.

Selon le maire, les premiers versements pourraient venir très rapidement, même dans la journée, selon la gravité du sinistre.

Le lit de la rivière

Le niveau de la rivière Chaudière a considérablement diminué à Beauceville.

Photo : Radio-Canada / Marie-Maude Pontbriand

Nouveau-Brunswick

Le Nouveau-Brunswick est lui aussi toujours aux prises avec la montée des eaux.

Le débordement du fleuve Saint-Jean touche de plus en plus les régions du sud-ouest de la province, qui vont continuer à voir des augmentations de leurs niveaux d’eau dans les prochains jours.

La route transcanadienne entre Fredericton et Moncton est d’ailleurs complètement fermée pour cette raison depuis mercredi soir. Les autorités affirment que l'autoroute restera probablement fermée pendant plusieurs jours.

Dans cette province, près de 500 personnes ont dû quitter leur résidence en raison des inondations.

Avec les informations de La Presse canadienne

Incidents et catastrophes naturelles

Environnement