•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La libération sous caution de Ghosn approuvée

Photo d'archives datant du 15 septembre 2017 montrant le PDG de Renault, Carlos Ghosn.

Photo d'archives datant du 15 septembre 2017 montrant le PDG de Renault, Carlos Ghosn.

Photo : Reuters / Philippe Wojazer

Radio-Canada

Le tribunal du district de Tokyo a accepté jeudi la demande de libération sous caution de Carlos Ghosn, détenu depuis sa nouvelle arrestation le 4 avril en raison de soupçons d'enrichissement personnel au détriment de Nissan.

Le président déchu de Nissan a effectué le versement d'une caution de 500 millions de yens (4 millions d'euros environ), a mentionné par la suite le tribunal, ce qui a ouvert la voie à sa libération imminente.

Le parquet a fait appel de cette décision, sans succès.

Carlos Ghosn a été inculpé lundi d'un chef d'accusation supplémentaire d'abus de confiance aggravé par le parquet de Tokyo, sa quatrième inculpation depuis le début des procédures judiciaires engagées contre lui au Japon.

L'architecte de l'alliance Renault-Nissan, qui clame son innocence, avait été libéré une première fois sous caution le 6 mars, après 108 jours de détention sur des accusations de malversations financières.

Cette remise en liberté est assortie de plusieurs conditions restrictives et de mesures visant à empêcher Ghosn de falsifier des preuves. L'ancien dirigeant a l'interdiction de quitter le Japon.

Asie

International