•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement de Doug Ford coupe un programme de plantation de millions d'arbres

Arbres d'une forêt vus en contre-plongée.

Plus de 27 millions d'arbres ont été plantés depuis 2008, selon Forests Ontario.

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

Radio-Canada

Le gouvernement Ford met la hache dans un programme visant à planter 50 millions d'arbres dans la province d'ici 2025, arguant de la nécessité d'éliminer le déficit.

En vertu de l'initiative lancée par le précédent gouvernement libéral, la province remboursait jusqu'à 90 % du coût de la plantation d'arbres à grande échelle.

Les propriétaires d’un terrain public, privé ou municipal d'au moins un hectare étaient admissibles au programme 50 millions d’arbres.

Selon le groupe Forests Ontario, plus de 27 millions d'arbres ont ainsi été plantés depuis 2008, le coût annuel du programme étant d'environ 4,7 millions de dollars.

Avec les changements climatiques, il est plus important que jamais d'avoir de vastes forêts en santé et contiguës, et de s'adapter aux changements climatiques.

Rob Keen, président de Forests Ontario

Pour lui, les arbres plantés aidaient à dépolluer l'air en plus de réduire l'érosion près des cours d'eau.

Il affirme que bien des secteurs de la province n'ont pas la couverture forestière recommandée de 40 %.

Le gouvernement Ford porte un autre coup dur aux offices de protection de la nature, regrette l'Office de Sudbury sur sa page Facebook. La plantation d’arbres est un outil si important pour atténuer les inondations, l’érosion et les changements climatiques.

L’agence sudburoise confirme toutefois qu’elle sera en mesure de poursuivre ses activités de plantation prévues en 2019.

De son côté, Ed Patchell, le propriétaire de la pépinière Ferguson Tree Nursery, qui fournissait des semences pour le programme provincial, souligne que les arbres procurent de l'ombre, ce qui contribue à freiner le réchauffement des étendues d'eau par exemple.

Je comprends que le gouvernement veuille épargner de l'argent, mais c'est une vision à très court terme qui va nous coûter beaucoup plus cher à long terme.

Ed Patchell, propriétaire d'une pépinière

M. Patchell indique qu'une proportion importante de son chiffre d'affaires (30 % à 40 %) est liée au programme provincial, et qu'il devra vraisemblablement supprimer 6 à 8 postes permanents et saisonniers de son entreprise.

L'objectif du gouvernement Ford semble être de sabrer tous les programmes environnementaux, affirme le chef du Parti vert Mike Schreiner.

Il ajoute ceci : Les arbres plantés dans le cadre de ce programme permettaient d'absorber l'équivalent des émissions de 1,1 million de véhicules par année.

Le gouvernement se défend

La porte-parole du ministre des Richesses naturelles et des Forêts John Yakabuski, Justine Lewkowicz, affirme que le gouvernement cherche à équilibrer son budget de façon responsable.

Mme Lewkowicz ajoute que l'industrie forestière, qui dépend d'un approvisionnement à long terme en bois, exploite déjà cette ressource de façon responsable.

En moyenne, l'industrie forestière plante 68 millions d'arbres par an, dit-elle, créant des emplois d'experts forestiers, dans les pépinières et comme planteurs.

Elle n'a pas précisé combien d'arbres étaient coupés chaque année.

Avec les informations de La Presse canadienne

Toronto

Politique provinciale