•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La City de Londres perturbée par le groupe écologiste Extinction Rebellion

Quatre policiers sont debout devant la rangée de manifestants.

La police fait le guet, alors que des manifestants d'Extinction Rebellion se sont collés avec de la colle les uns aux autres ainsi qu'aux murs de la Bourse de Londres.

Photo : Reuters / Simon Dawson

Reuters

Des militants du groupe écologiste Extinction Rebellion ont formé une chaîne humaine jeudi matin à l'entrée de la Bourse de Londres au dernier jour de la série d'actions organisées par ce collectif, qui dénonce l'inaction des pouvoirs publics face au dérèglement climatique.

Une rue adjacente au siège de la Banque d'Angleterre a également été bloquée, tandis que des militants manifestaient devant des banques, dont le siège européen de la banque américaine Goldman Sachs, sur Fleet Street, où ils ont participé à un die-in, se couchant sur la chaussée et se faisant passer pour mort.

D'autres actions étaient prévues devant les sièges londoniens des banques Rothschild, Nomura, Deutsche Bank ou encore la Banque Royale du Canada et Rabobank.

D'autres se sont installés sur le toit d'un train du réseau urbain Docklands Light Railway, bloquant le trafic en gare de Canary Wharf et déployant une banderole où l’on pouvait lire : Les affaires continuent = Mort.

Le premier acte médiatique d'Extinction Rebellion s'est déroulé début avril à la Chambre des communes, où des militants à moitié nus ont perturbé une séance parlementaire.

Depuis la mi-avril, ils ont multiplié les opérations commando dans Londres, perturbant les transports en commun, bloquant Marble Arch, Oxford Circus ou bien encore Waterloo Bridge, sur la Tamise.

Les manifestants sont sur le toit du train avec des banderoles.

Des manifestants d'Extinction Rebellion bloquent le trafic en gare de Canary Wharf en montant sur le toit d'un train du réseau urbain Docklands Light Railway,

Photo : Reuters / Dylan Martinez

Au siège du London Stock Exchange, la Bourse de Londres, sept activistes en costume noir et cravate rouge se sont collés avec de la colle les uns aux autres et, à chaque extrémité de la chaîne, aux murs pour bloquer l'accès à la porte à tambour du bâtiment.

Dans un communiqué, Extinction Rebellion « réclame au secteur de la finance qu'il dise la vérité sur son impact dévastateur sur le climat ».

« Il est tout de même bizarre que nous ayons à faire ceci afin que nos gouvernements écoutent la communauté scientifique », a déclaré Diana Warner, 60 ans, qui a participé à l'opération de Canary Wharf, collant sa main avec de la colle sur le train bloqué en gare.

La journée de jeudi doit marquer la fin de la première campagne londonienne du groupe, qui estime avoir atteint un premier objectif. « Nous savons que nous avons perturbé vos vies. Nous ne faisons pas ceci à la légère, nous le faisons parce que c'est une urgence. Autour du monde, un débat tant attendu et si nécessaire a commencé », explique le groupe dans son communiqué publié mercredi.

Une « cérémonie de clôture » devrait avoir lieu en fin d’après-midi à Hyde Park.

Le groupe exige du gouvernement qu'il déclare un état d'urgence climatique et ramène à zéro les émissions nettes de gaz à effet de serre d'ici 2025, et qu’il forme une assemblée citoyenne pour mener la lutte contre le réchauffement.

Depuis le 15 avril, date des premières actions du groupe à Londres, la police londonienne dit avoir procédé à 1088 interpellations.

Europe

International