•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vente d'objets sur Internet : appel à la prudence après une série d’agressions

Un écusson de la police de Winnipeg.

Deux hommes à Winnipeg font face à des accusations de vol à main armée et de voies de fait graves à la suite d'une série de rencontres issues de petites annonces en ligne.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Service de police de Winnipeg appelle à la prudence après que quatre transactions, issues d'annonces en ligne, se sont soldées par des agressions armées et vols qualifiés.

Mardi, entre 17 h 30 et 19 h 15, quatre Winnipégois résidents de différents quartiers de la capitale manitobaine (Saint-Vital, Valley Gardens, le quartier de la Bourse et Valhalla), qui avaient annoncé des objets à vendre par le biais d’Internet, ont donné rendez-vous à leurs acheteurs présumés.

Au moment de la transaction physique, l’un des deux jeunes hommes qui étaient censés acheter les biens a sorti une arme et a fait feu à quelques reprises. Ensuite, les suspects ont agressé le vendeur et lui ont volé ses effets personnels, selon la police.

L’une des quatre victimes, un homme qui vendait une montre dans le quartier de la Bourse, a subi de graves blessures et a été transportée à l’hôpital, déclare le porte-parole de la police, Jay Murray.

À 19 h 55, une patrouille policière a arrêté, sur le boulevard Lagimodière, un véhicule soupçonné d’être impliqué dans la série de crimes. Avec l’aide des membres de l’équipe tactique et d’autres équipes de patrouille générale, la police a procédé à l'arrestation des quatre occupants du véhicule, où se trouvait également un pistolet à plomb propulsé à air comprimé.

Deux des quatre personnes ont été relâchées, mais la police a déposé des accusations contre deux jeunes hommes de 17 ans pour vol à main armée, vol qualifié, bracage avec une arme à feu, possession d’arme ainsi que port d’une arme dissimulée, d’un dispositif prohibé ou de munitions prohibées.

L’un des deux doit également répondre à des accusations de voies de fait graves et de décharge d’une arme à feu avec une intention particulière.

L’agent Murray confirme que la police devra faire une analyse du pistolet à plomb propulsé à air comprimé afin de conclure si l’engin répond à la définition d’une arme à feu selon le Code criminel du Canada.

« Les gens doivent vraiment être prudents quand ils se servent de sites de petites annonces, souligne Jay Murray. Nous ne blâmons pas les victimes, et nous ne suggérons pas que ces personnes auraient fait quoi que ce soit de mal. C'est regrettable, mais certains crimes sont inévitables. »

Le Service de police de Winnipeg étudie actuellement la possibilité d’instaurer une zone de transaction désignée, dans un centre de stationnement, qui serait bien allumée et placée sous surveillance vidéo. Cette solution a déjà été retenue dans certaines villes comme Vancouver et Charlottetown.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Crimes et délits