•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'eau de l'Abitibi-Témiscamingue atteindra bientôt l'Outaouais

Une rivière partiellement gelée.
La rivière Kinojévis se déverse directement dans la rivière des Outaouais. Photo: Radio-Canada / Jean-Marc Belzile
Jean-Marc Belzile

Une partie de la neige qui fond en ce moment en Abitibi-Témiscamingue se retrouvera en Outaouais au cours des prochaines semaines. C'est pourquoi Hydro-Québec demande aux citoyens de l'Outaouais de demeurer vigilants.

L'Abitibi-Témiscamingue a reçu beaucoup plus de neige que d'habitude cet hiver. La fonte a commencé il y a seulement deux semaines environ dans cette région.

Deux semaines, c'est exactement le temps que peut prendre l'eau de l'Abitibi-Témiscamingue pour se rendre en Outaouais. Pour ce faire, elle passera par différents plans d'eau, dont la rivière Kinojévis, qui se déverse directement dans la rivière des Outaouais.

On a mentionné que la crue n'était pas terminée au sud et qu'il fallait suivre la situation de deux à trois semaines. C'est justement pour ça, on sait que cette eau va descendre dans le sud du Québec, explique Pierre-Marc Rondeau, ingénieur en planification chez Hydro-Québec.

En Abitibi-Témiscamingue, il y a encore beaucoup de neige, et la majorité des lacs et rivières sont encore gelés.

Si on a des quantités de pluie qui s'ajoutent aux températures élevées, il faudrait craindre des risques assez importants d'inondations, ajoute Clémence Leyi Wangni, conseillère en sécurité civile en Abitibi-Témiscamingue.

Une dame devant une carte. Clémence Leyi Wangni, conseillère en sécurité civile en Abitibi-Témiscamingue Photo : Radio-Canada / Jean-Marc Belzile

Certains réservoirs, dont le barrage du réservoir Dozois, situé dans la réserve faunique La Vérendrye, vont permettre de retenir une bonne partie de l'eau entre l'Abitibi-Témiscamingue et l'Outaouais.

On va retenir cette eau le plus possible. On va ouvrir les portes uniquement lorsqu'on va avoir un niveau trop important au réservoir Dozois et qu'il peut compromettre son intégrité ou encore quand on va avoir des débits dans la rivière des Outaouais qui [vont] permettre de relâcher cette eau, explique Michel Boisvert, chef des installations de production en Abitibi-Témiscamingue pour Hydro-Québec.

Un barrage.Le barrage du réservoir Dozois, situé dans la réserve faunique La Vérendrye, va permettre de retenir une bonne partie de l'eau entre l'Abitibi-Témiscamingue et l'Outaouais. Photo : Radio-Canada / Jean-Marc Belzile

Selon Michel Boisvert, le réservoir Dozois retient normalement la plus grande part des eaux provenant du nord jusqu'à la fin de la crue dans le sud du Québec.

Habituellement, lorsqu'on relâche l'eau du nord, la crue du sud est déjà en descente. Je ne peux pas prédire l'avenir, mais on croit que ce sera la même chose qui va se produire, a-t-il dit.

L'Abitibi est censée, dans les prochaines semaines, avoir droit à du temps relativement frais et à peu de précipitations, ce qui devrait minimiser les impacts sur les inondations en Outaouais et à Montréal.

Ottawa-Gatineau

Conditions météorologiques