•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le cycliste Raphaël Gagné forcé de rouler à ses frais

Raphaël Gagné
Raphaël Gagné. Photo: Silverback OMX Pro Team
Guillaume Piedboeuf

Sans équipe depuis que la formation avec qui il était sous contrat a perdu son principal commanditaire, Raphaël Gagné se retrouve dans une situation critique. Le cycliste de Lac-Beauport s'accroche toutefois à son objectif de participer aux Jeux olympiques de Tokyo et espère trouver des partenaires privés pour l'appuyer.

Côté vélo, tout va bien pour Raphaël Gagné. En 2019, il est passé du 101e au 34e rang mondial et il a signé la plus grande victoire de [sa] carrière, il y a deux semaines, aux championnats panaméricains au Mexique.

Mais en dehors des pistes,l’heure est grave, a reconnu l’athlète de 31 ans, mercredi, lors d’une conférence de presse tenue par la Fédération québécoise de sports cyclistes.

Gagné avait signé en 2018 une entente de trois ans avec la formation britannique Silverback OMX qui devait le mener jusqu’aux Jeux olympiques de Tokyo, l’été prochain. Mais durant l’hiver, le principal commanditaire de l’équipe professionelle de vélo de montagne a plié bagage et OMX a annoncé qu'elle faisait l’impasse sur la saison 2019, faute de financement.

J’ai appris que ça tombait à l’eau au mois de février. C’est hyper tard pour se trouver une équipe, explique Gagné, qui a donc dû se résoudre à financer lui-même sa saison 2019 pour garder en vie l’espoir d’une deuxième participation aux Jeux olympiques.

Une équipe d'un seul homme

C’est une situation qui est super risquée. J’utilise mon matériel de l’an passé et je m’occupe de tout.

Récemment, trop occupé avec la planification de ses déplacements et le transport de son équipement, le Québécois raconte avoir oublié de s’inscrire à la course à laquelle il allait participer.

N’empêche, il compte participer à toutes les épreuves du circuit de la Coupe du Monde, de la Coupe Canada et de la US Cup cette saison. Il n’a pas le choix, assure-t-il, puisque de précieux points au classement y sont rattachés.

Une chance que je suis à maturité comme athlète et que j’ai toujours été très résiliant.

Plus de 20 000$ de sa poche

Seulement en ce qui a trait à l’hôtel, aux vols d’avion et aux déplacements, Raphaël Gagné estime qu'il devra débourser entre 20 000 $ et 30 000 $. Et c'est vraiment le minimum, évalue-t-il. Tout cela alors qu’il n’est plus éligible à une allocation de Sport Canada puisqu’il en a déjà touché une pendant huit ans, le maximum permis pour les athlètes de pointe comme lui.

Je suis l’athlète canadien le mieux classé du circuit. C’est plate que je ne puisse pas bénéficier du soutien du gouvernement, admet-il.

Mais le résident du Lac-Beauport refuse de s’apitoyer sur son sort, rappelant qu’il se sent fort sur son vélo et que les performances sont au rendez-vous.

Je veux lancer un message positif. Je suis là toute la saison, c’est certain, mais il y a une limite à piger dans le compte de banque. J’ai été aux Jeux de Rio et je veux vraiment aller à Tokyo. Je fais ce qu’il faut. J’espère trouver des partenaires privés qui y croit autant que moi, sinon plus.

Québec

Vélo de montagne