•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

24 heures après la défaite, qu'est-ce qui attend les Maple Leafs?

Les amateurs des Maple Leafs de Toronto montrent leur déception après avoir regardé la défaite de leur équipe devant le grand écran au Maple Leaf Square au centre-ville de Toronto.

Les amateurs des Maple Leafs de Toronto montrent leur déception après avoir regardé la défaite de leur équipe devant le grand écran au Maple Leaf Square au centre-ville de Toronto.

Photo : La Presse canadienne / Christopher Katsarov

Matthew Cullen

BILLET - Le cauchemar s'est encore réalisé pour les partisans des Maple Leafs. Sans victoire en série depuis 2004, les mots manquent pour expliquer cette nouvelle défaite face aux Bruins de Boston.

Pour la troisième fois depuis 2013 et pour la deuxième année consécutive, les Maple Leafs n’ont pas pu battre les Bruins lorsque ça compte le plus : en série.

Les Bruins de Boston éliminent les Maple Leafs de Toronto en sept matchs pour la troisième fois depuis 2013.

Les Bruins de Boston éliminent les Maple Leafs de Toronto en sept matchs pour la troisième fois depuis 2013.

Photo : La Presse canadienne / Charles Krupa

Cette défaite est encore plus difficile à avaler pour les Maple Leafs.

Ils forment, sans aucun doute, une meilleure équipe que l’année dernière, mais le bilan reste le même.

Les joueurs ont dû répondre aux mêmes questions dans le vestiaire après le match de mardi.

Ce n’est pas bon, dit le défenseur Morgan Rielly quand on lui a posé la question sur ces défaites consécutives.

Nous avons perdu et c’est un sentiment que nous connaissons déjà. Ce n’est pas bon.

Cette équipe torontoise devait être parmi les meilleures cette année à pouvoir remporter la Coupe Stanley.

L’arrivée à Toronto de l’attaquant étoile John Tavares a changé la dynamique de cette équipe.

Avec le défenseur Morgan Rielly, l’ailier droit Mitch Marner et le centre Auston Matthews, la direction torontoise croyait que le temps était venu pour enfin remporter une série.

Les Maple Leafs n'ont pas atteint la finale de la Coupe Stanley depuis 1967.

L'été sera long et pénible pour la formation torontoise due à cette occasion ratée.

Les Maple Leafs ne sont pas la même équipe qui s’est écroulée en troisième période l’année dernière.

« Ça craint », dit Mitch Marner avec grande déception.

Nous avons cru en cette équipe. Évidemment quand la saison se termine, ça craint. Il faut qu’on revienne [avec ce sentiment de frustration et de motivation] l’année prochaine, ajoute-t-il.

Comment mieux performer l'année prochaine?

Le directeur général Kyle Dubas devra trouver la réponse à cette question.

Il y a déjà beaucoup de questions sur l’avenir de l’entraîneur-chef Mike Babcock.

L’entraîneur de hockey le mieux payé de la LNH (6,25 millions de dollars américains par an) n’a jamais remporté une série avec l'équipe de la Ville Reine.

Sa fiche montre trois défaites de suite au premier tour des séries.

L'entraîneur-chef des Maple Leafs, Mike Babcock, dirige son équipe depuis le banc des joueurs.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'entraîneur-chef des Maple Leafs, Mike Babcock, n'a jamais remporté une ronde des séries éliminatoires à Toronto depuis son arrivée à la tête de l'équipe en 2015.

Photo : Associated Press / David Zalubowski

Nous sommes nettement meilleurs comparativement à l’année dernière, a répondu Mike Babcock lors de son point de presse mardi à Boston.

Mais nous sommes ici aujourd’hui avec le même résultat. C’est décevant. Nos joueurs et nos entraîneurs [croient] que nous sommes une meilleure équipe. Nous allons dans la bonne direction, ajoute-t-il.

Certes, l’été est venu plus tôt que prévu pour les amateurs des Maple Leafs.

Ça laissera plus de temps pour réfléchir à la question suivante : qu'est-ce qui attend les Maple Leafs?

Toronto

Hockey