•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La SQDC annonce une hausse du prix de certains produits du cannabis

L'aire de vente d'une boutique de la SQDC.
La décision de la SQDC de hausser le prix de certains de ses produits a suscité plusieurs réactions négatives. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Après six mois d'exploitation, la Société québécoise du cannabis (SQDC) a annoncé mercredi sur sa page Facebook une hausse du prix du gramme de fleurs séchées de 5 % « afin d'ajuster [son] offre à la réalité du marché », une décision vivement critiquée.

Pour le consommateur, le prix moyen de ce type de produit augmente ainsi de 0,40 $, passant de 7,76 $ à 8,16 $.

La SQDC souligne que le prix d'autres produits reste « diminué ou inchangé », notamment « tous les produits coûtant moins de 6 $, afin d’avoir une gamme de produits concurrentiels avec le marché noir ».

« Malgré cet ajustement, la SQDC demeure le commerce légal de cannabis offrant le prix moyen le plus bas au Canada », affirme-t-elle.

Le coût moyen d'un gramme de cannabis séché a augmenté de plus de 17 % au pays depuis la légalisation de cette drogue, a indiqué Statistique Canada il y a deux semaines.

Déluge de commentaires négatifs

La publication a suscité près de 500 commentaires en quelques heures, les internautes étant nombreux à estimer que la hausse des coûts était une bien mauvaise façon de lutter contre le marché noir. Plusieurs ont rapidement recouru aux insultes.

« Je vais contrer le marcher noir en montant les prix, a ironisé un internaute. Ne vous donnez pas une prime de performance à la fin de l'année pour des idées aussi stupides! »

Un autre a suggéré de laisser les consommateurs apporter leurs contenants pour éviter « les suremballages de boîtes de carton fancy et des pots en plastique beaucoup trop gros » et ainsi faire baisser les prix, tandis qu'un autre a lancé un appel au boycottage de la SQDC.

La SQDC avait fait l'objet de virulentes critiques dans les jours suivant la légalisation du cannabis, en octobre 2018, en raison de ruptures de stock ayant entraîné la fermeture de ses succursales certains jours de la semaine.

Cannabis

Économie