•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le système de santé public du Manitoba recrute de plus en plus d’infirmières au privé

Des infirmières et la civière d'un patient le long d'un corridor d'hôpital.
La province du Manitoba a déboursé 121 816 $ en janvier 2019 pour engager les services d'infirmières privées. Photo: Shutterstock / John Panella
Radio-Canada

Les hôpitaux, les foyers de soins pour personnes âgées et les agences publiques de soins de santé de Winnipeg ont de plus en plus souvent recours aux infirmières du secteur privé pour combler des lacunes, confirme un document obtenu par le Nouveau Parti démocratique du Manitoba en vertu de la Loi sur la liberté d'accès à l'information.

Dans sa demande d’accès à l’information, l’opposition officielle s’est enquise du montant d’argent dépensé, par chaque établissement de santé, pour l’embauche d’infirmières provenant d’agences privées depuis avril 2017. Cette date correspond au moment où le gouvernement manitobain a annoncé sa restructuration du système de santé.

Bien que les sommes dépensées varient d’un mois à l’autre, elles témoignent d’une tendance à la hausse. En avril 2017, la province a déboursé 15 097 $ pour les services d’infirmières privées. Au cours des 24 mois qui se sont écoulés depuis, ce montant a plafonné à 121 816 $ en janvier 2019, dont 98 621 $ peuvent être attribués à l’Hôpital Saint-Boniface.

Le document ne précise pas dans quelles unités les infirmières de remplacement ont été engagées. Toutefois, le chef du NPD, Wab Kinew, croit que la hausse de ces contrats répond à une augmentation des heures supplémentaires obligatoires dans des unités comme l’unité de soins intensifs néonatals à l’Hôpital Saint-Boniface.

La planification ne semble pas du tout adéquate.

Wab Kinew, chef du NPD

« On a un gouvernement qui a lancé un plan d’immense ampleur pour complètement restructurer le système de santé – moi, je dirais plutôt un plan pour couper dans le système de santé – et il n’a manifestement pas assez d’infirmières pour assurer le bon fonctionnement de ses hôpitaux », lance le chef de l’opposition.

Pour sa part, le ministre de la Santé, Cameron Friesen, confirme que les infirmières d’agence ont été retenues pour pallier « des lacunes temporaires » dans des « domaines spécialisés », dont l’unité de soins intensifs néonatals à l’Hôpital Saint-Boniface et les services d’urgence dans les hôpitaux Concordia et Seven Oaks.

Il reconnaît également que ces carences sont le résultat de la restructuration du système de soins de santé, mais souligne qu’il s’agit d’une mesure transitoire.

« Ce sont des dispositions intérimaires pour garantir un niveau de dotation qui permet d’assurer la sécurité des soins aux patients, soutient-il dans un communiqué publié mercredi, tout en allégeant le fardeau des heures supplémentaires imposé au personnel soignant. »

Au fur et à mesure que le remaniement progresse, les Manitobains peuvent s’attendre à ce que le nombre d’heures supplémentaires ainsi que le recours aux infirmières privées « se stabilisent », soutient le ministre de la Santé.

Manitoba

Hôpitaux