•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bientôt des cloches de verre à Sherbrooke?

Une élue du conseil municipal jeunesse regardant vers le maire Steve Lussier et le président d'assemblée, Vincent Boutin.

Le conseil municipal jeunesse de Sherbrooke était constitué cette année de 17 élèves de quatrième et cinquième secondaire.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des points de dépôt volontaire pour le verre pourraient éventuellement apparaître près des endroits publics de Sherbrooke. Le conseil municipal jeunesse a recommandé mercredi que les élus adoptent un projet pilote afin de faciliter le recyclage et la revalorisation du verre sur son territoire.

C'est une bonne idée de commencer par un projet pilote, parce que partir tout de suite en grand des fois, ça peut partir mal et compliquer la situation, a affirmé Éloïse Boucher-Molinier.

On va pouvoir voir si les citoyens sont prêts à faire des changements dans leur vie de tous les jours. Ça pourrait inciter les autres aussi à embarquer dans le projet, estimait quant à lui Nicolas Gendron.

Pour lutter contre le réchauffement climatique, le conseil municipal jeunesse souhaite notamment la modernisation des équipements de la Société de transport de Sherbrooke et l'instauration de tarifs avantageux pour les élèves de tous les niveaux scolaires ainsi que pour les familles nombreuses. Les recommandations seront présentées au conseil municipal de Sherbrooke dans deux semaines.

Je vais en discuter avec ma collègue du comité de l'environnement, mais je pense que dans l'état actuel des choses, c'est peut-être une bonne idée, au-delà de la décision du gouvernement du Québec, de voir comment ça pourrait s'articuler, a mentionné le conseiller Vincent Boutin, qui présidait l'assemblée pour une cinquième année consécutive.

J'étais content qu'on souligne l'urgence d'agir et je pense qu'on va mettre des choses en place très rapidement, soulignait de son côté le maire Steve Lussier en fin d'assemblée.

Les 17 élèves de quatrième et de cinquième secondaire de Sherbrooke qui constituent le conseil municipal jeunesse cette année se préparaient depuis le mois de janvier avec le Carrefour de solidarité internationale et l'École de politique appliquée de l'Université de Sherbrooke afin de débattre de la gestion du verre et de la réduction des émissions de gaz à effets de serre sur le territoire de Sherbrooke.

Au terme de l'assemblée de plus de deux heures, tous se sont dit heureux d'avoir participé à un tel exercice.

J'ai vraiment aimé me tenir dans cette salle et pouvoir débattre de sujets qui sont assez importants. C'était une expérience assez nouvelle de débattre dans une aussi grande avec des micros et j'ai bien apprécié, retenait Antoine Roberge.

Je me rends compte que plus tu t'impliques, plus tu comprends que c'est facile de le faire. Il faut juste le vouloir et avoir de l'intérêt pour ça. Sachant ça, je vais essayer de plus m'impliquer à la Ville.

Élodie Caron, élève

C'était une super belle expérience. J'ai trouvé que c'était très enrichissant de découvrir différentes facettes de la politique, parce qu'on pense souvent au pronvicial et au fédéral, mais de voir au municipal qu'on peut avoir un impact en tant que jeune, c'était enrichissant autant sur plan personnel qu'idéologique, a fait valoir Maxime Lachance.

L'an dernier, le conseil municipal jeunesse a débattu de la légalisation du cannabis et des lieux où il sera possible d’en consommer. Ils devaient également apporter des idées pour améliorer l’accessibilité aux sports et aux loisirs sur le territoire de la Ville. Il y a deux ans, l'utilisation de planches à roulettes longues (longboards) et de trottinettes traditionnelles a été acceptée sur certaines pistes cyclables grâce à une recommandation du conseil jeunesse.

On s'est réjoui du côté du Carrefour de solidarité internationale (CSI) du professionnalisme des jeunes.

C'est une grande fierté pour nous qui les accompagnons depuis septembre, indique, émue, l'agente d'éducation du CSI, Maïté Dumont. Ç'a été un long projet, on leur en a demandé beaucoup, ils se sont impliqués avec rigueur et au bout du compte on réalise que le résultat final valait la peine de mettre tous ces efforts-là. Les sujets n'étaient pas faciles et les jeunes ont pris ça au sérieux.

Estrie

Politique municipale