•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Exposition : fascination autour du poison

Exposition : fascination autour du poison
Radio-Canada

Venins, substances dangereuses, mystérieuses, les poisons font partie de l'imaginaire collectif autant dans l'histoire, les sciences, la médecine. Le Musée de la civilisation consacre une exposition à cet univers aussi effrayant que fascinant.

La nouvelle exposition Venenum, un monde empoisonné, se décline en cinq zones : l’histoire des poisons, venins et toxines, l’usage des poisons, du poison au remède et les choix de société.

La première galerie de l’exposition semble tout droit sortie de l’univers d’Harry Potter. Un dispositif permet d’animer les tableaux présentés, explique Guillaume Loubier-Jacques, technicien audiovisuel.

« De prime abord, on rentre dans la zone, on se trouve devant une galerie de tableaux standard, mais plus on s’approche du tableau, plus on passe du temps devant eux, le tableau se révèle à nous », décrit-il.

Des caméras au plafond qui détectent les visiteurs s’approchant du tableau permettent de « déclencher l’oeuvre » devant eux.

Dans un tableau illustrant Socrate au moment de boire la ciguë, par exemple, la coupe échappée sort du tableau, le mettant véritablement en mouvement.

Écrans illustrant des poisons utilisés durant les guerresExposition Venenum Photo : Radio-Canada

Animaux vivants

L’exposition Venenum compte quelque 400 œuvres de même que 50 êtres vivants, araignées, grenouilles, serpents et poissons.

C’est la première fois que le Musée de la civilisation accueille autant d’êtres vivants dans une exposition, ce qui entraîne des contraintes logistiques : entretien quotidien, changement d’eau du système aquatique, alimentation des animaux.

« C’est un milieu aquatique, donc ça demande un système de support à la vie en arrière pour s’assurer que les animaux puissent rester en santé, que la qualité d’eau reste belle, ça demande un entretien quotidien », explique Marie-Pierre Lessard, chargée de projet pour le secteur des conservations.

L’exposition créée par le Musée des Confluents de Lyon permettra d’en apprendre davantage sur la différence entre venimeux et vénéneux, le poison devenu remède, les premières expérimentations.

Venenum, un monde empoisonné sera présentée jusqu’au 8 mars 2020.

Québec

Arts