•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fort-Prével : une cure de jouvence qui coûterait 2,3 M$

Auberge et Golf Fort-Prevel de la SEPAQ
Auberge et Golf Fort-Prevel de la SEPAQ Photo: Radio-Canada / William Bastille Denis
Martin Toulgoat

L'organisme Relance Fort-Prével aimerait obtenir 2,3 millions de dollars de Québec pour rénover ses chalets et ses chambres, après avoir redressé les finances et doublé les revenus de l'établissement cédé par la Société des établissements de plein-air du Québec (Sépaq).

En 2016, la Sépaq s’est départie du club de golf, de l'auberge, de ses chalets, de son motel et de ses terrains de camping pour les offrir à la communauté qui a décidé de former un organisme à but non lucratif pour gérer l'endroit.

Québec avait assuré un budget de transition de 800 000 dollars pour trois ans, mais n'avait pas remis à niveau ses installations avant de s'en départir.

Ils nous ont cédé les installations sans mise à niveau et avec quelques surprises en cours de route.

Gilles Pelletier, président, Relance Fort-Prével

La Sépaq aurait assuré aux nouveaux administrateurs qu’une aide financière leur serait versée s’ils réussissaient à rentabiliser les opérations.

Depuis la cession des lieux, Fort-Prével a réussi à doubler ses revenus pour atteindre 650 000 $ l’an dernier, principalement en raison de l'hébergement.

La nouvelle organisation a aussi fait passer le déficit annuel de 700 000 à 100 000 dollars.

Mais les administrateurs attendent toujours un coup de main du provincial pour restaurer les 13 chalets et les 18 chambres qui ont été rouverts l'an dernier, alors que 40 chambres de motel sont toujours inutilisées.

Le président de Relance Fort-Prével, Gilles Pelletier et le directeur général de l'organisme, Daniel BouvretteLe président de Relance Fort-Prével, Gilles Pelletier et le directeur général de l'organisme, Daniel Bouvrette Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Je pense qu’au départ, si on avait su ça, c’est ce qu’on aurait exigé : "on va le prendre, mais remettez-les en état". C’est tout-à-fait normal que ça se fasse comme ça. Quand on cède à une communauté des installations de si grande envergure, on les remet en état.

Gilles Pelletier, président, Relance Fort-Prével

Le problème actuellement est que le projet de mise à niveau des unités d’hébergement, pour refaire notamment les toitures, changer les portes et les fenêtres, afin d’éviter des problèmes d’infiltration d’eau, ne cadre avec aucun programme financier gouvernemental provincial ou fédéral.

Infrastructure d'hébergement à Fort-Prével.Infrastructure d'hébergement à Fort-Prével Photo : Radio-Canada

Les travaux sont évalués à 2,3 millions de dollars.

Les administrateurs ont rencontré le gouvernement Legault, afin d’obtenir des subventions provenant d’enveloppes discrétionnaires, mais ils n'ont reçu aucune réponse pour l’instant.

On l’affiche, on est un deux étoiles, ce n’est pas le haut de gamme. Cela dit, il faut être en mesure, même avec un deux étoiles, d’offrir de quoi qui a de l’allure. Il faut avoir une offre qui est compétitive dans le marché d’aujourd’hui qui est international.

Daniel Bouvrette, directeur général, Relance Fort-Prével

Pénurie de chambres durant l’été

Avec le manque de sites d’hébergement en Gaspésie durant l’été, le directeur général affirme avoir refusé fréquemment des visiteurs l’été dernier, par manque de places, alors qu’il ne peut utiliser les 40 chambres de motel parce qu'elles ont besoin d’importants travaux de rénovation.

Strictement de transférer le pourcentage d’achalandage qu’on a eu l’année dernière, à ces unités d’hébergement-là, ça représente un demi-million de revenus additionnels pour un an.

Daniel Bouvrette, directeur général, Relance Fort-Prével

Les administrateurs de Fort-Prével aimeraient ainsi bonifier les revenus d’hébergement, ce qui permettrait d’avoir des économies pour assurer un budget de fonctionnement de 850 000 dollars et d'assurer ainsi l'entretien des équipements du terrain de golf et des sites d’hébergement.

Les membres du club de golf Fort Prével sont surtout des hommes de 40 ans et plus.Les membres du club de golf Fort Prével sont surtout des hommes de 40 ans et plus. Photo : Radio-Canada/Léa Beauchesne

Fort-Prével emploie 25 personnes durant l'été, cinq de moins que lorsque la Sépaq était propriétaire des lieux.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Infrastructures