•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 1 M$ pour des dépenses d'urgence à Gatineau

Le maire lors d'une mêlée de presse à l'extérieur.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a accompagné mercredi la visite du premier ministre du Canada, Justin Trudeau, en zone sinistrée.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Ville de Gatineau a dépensé jusqu'à présent au moins 980 000 $ pour protéger les maisons et les infrastructures des inondations cette année.

Cette somme a servi à acheter des sacs de sable, enrocher des routes et louer des pompes. Le maire a ainsi effectué une autorisation spéciale de dépenser en cas de force majeure, permise par la Loi sur les cités et villes et la Charte de la Ville de Gatineau.

On sait déjà qu'il y a des rues qui vont être refaites. Et probablement, ce n'est pas acquis encore, qu'on devra prendre cette mesure-là pour [d'autres] dépenses. Mais le coût total va dépasser ça, c'est sûr, a souligné le premier magistrat, Maxime Pedneaud-Jobin.

La Ville de Gatineau a également ouvert, mercredi en après-midi, un deuxième centre d'aide aux sinistrés pour répondre aux besoins des résidents situés dans le secteur de Masson-Angers durement touché par les inondations. Ce centre est situé au 57, chemin Montréal Est.

Selon le comité de régularisation de la rivière des Outaouais, l'eau devrait grimper de 20 à 30 centimètres dans l'est de Gatineau, mais rester sous les seuils atteints en mai 2017, tandis que dans l'ouest les niveaux records de mai 2017 pourraient être dépassés à Aylmer et dans le Pontiac, alors que l'on prévoit une montée des eaux de 50 centimètres.

La Ville reste aussi toujours sur le qui-vive, alors que le pic des inondations est attendu dimanche ou lundi.

On n'enlève pas un sac dans la rue tant qu'on n'a pas la conviction que c'est fini. On l'a vécu la dernière fois, on a baissé la garde un petit peu et ça a recommencé en 48 heures. On ne fera pas ça cette année, a assuré M. Pedneaud-Jobin.

La situation est loin d'être terminée.

Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Plus de 300 personnes sont inscrites au Centre d'aide aux sinistrés et 80 personnes évacuées sont présentement dans un hébergement temporaire.

Certains sinistrés ont d'ailleurs dit apprécier les efforts des autorités municipales.

Cette année, on a eu des ressources avant la crue des eaux, notre conseiller de quartier a travaillé pendant six ou sept jours consécutifs à nous aider tout le monde ici, a indiqué Daniel Goulet, qui utilise une pompe depuis mardi pour protéger sa maison, qui a subi 37 000 $ de dommages en 2017.

Un homme en entrevue dans une rue inondée.

Daniel Goulet tente de protéger sa maison de la crue des eaux.

Photo : Radio-Canada

Les gens sont déjà fatigués, ça fait sept jours qu'on fait des journées de beaucoup d'heures, a pour sa part souligné le conseiller du district du Lac-Beauchamp, Jean-François LeBlanc.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Ottawa-Gatineau

Conditions météorologiques