•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de libération conditionnelle pour l’anesthésiste qui agressait les patientes

George Doodnaught
George Doodnaught Photo: Radio-Canada
La Presse canadienne

Un anesthésiste de Toronto qui avait agressé sexuellement 21 femmes semi-conscientes pendant leur intervention chirurgicale ne semble pas mesurer l'ampleur des traumatismes qu'il leur a infligés, conclut la Commission des libérations conditionnelles du Canada, qui rejette sa demande.

Dans ses motifs écrits, publiés cette semaine, la Commission souligne à maintes reprises que le Dr George Doodnaught n’avait guère réfléchi à ses crimes.

L’inculpé nie en fait les crimes commis et soutient que l’anesthésie a poussé les victimes à croire qu’elles avaient été agressées, rappelle la Commission des libérations conditionnelles. Dans certains cas, l’anesthésiste a même manipulé les victimes en leur faisant croire qu’elles avaient elles-mêmes initié le contact sexuel, écrivent aussi les membres de la Commission.

George Doodnaught, âgé de 70 ans, avait été arrêté en mars 2010; il a été condamné en 2013 à une peine de 10 ans de prison pour avoir agressé sexuellement des femmes de 25 à 75 ans, sur une période de quatre ans, dans un hôpital du nord de Toronto. Il a ensuite fait appel du verdict et de la peine, sans succès.

La preuve au procès a démontré que le haut du corps de ses victimes, semi-conscientes, était voilé par un drap, ce qui permettait à l’anesthésiste de les agresser sexuellement de différentes manières sans que le reste de l’équipe chirurgicale s’en aperçoive.

À l’appui de sa demande de libération conditionnelle, Doodnaught a admis que son approche était particulière : il avait mis au point une technique consistant à pincer l’abdomen et les seins des patientes pour évaluer leur degré de sédation.

La Commission a estimé que cette défense, non crédible, démontrait son arrogance, bien documentée, et son incapacité à faire un retour sur ses actes. Lors d’une audience, le 10 avril dernier, la Commission a par ailleurs entendu deux victimes qui ont décrit le traumatisme psychologique grave et persistant que ses actes lui avaient infligé.

George Doodnaught, père de cinq enfants, trois fois marié et formé en Écosse, avait travaillé pendant 34 ans comme anesthésiste avant son arrestation.

Toronto

Procès et poursuites