•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Repêchage de la NFL : Mathieu Betts serait le premier de l'histoire du Rouge et Or

Mathieu Betts à l'entraînement pour le East-West Shrine Game
Mathieu Betts à l'entraînement pour la East-West Shrine Game, en janvier, en Floride. Photo: Radio-Canada / Éric Santerre
Guillaume Piedboeuf

Sur un terrain de football, tout a toujours eu l'air de fonctionner comme prévu pour Mathieu Betts. Les championnats, les records, les honneurs, ceux qui l'ont côtoyé dans la dernière décennie s'y attendaient. Mais à quelques jours du repêchage de la Ligue nationale de football, l'ailier défensif du Rouge et Or se retrouve finalement en terrain inconnu, aux portes d'une carrière que personne n'aurait osé lui prédire avant récemment.

C’est certain qu’un jeune moi regarderait ça et tripperait, avouait Mathieu Betts en mars dernier, lorsque des recruteurs de cinq équipes de la NFL ont traversé la frontière pour venir l’épier sur le terrain du Peps. Mais quand tu baignes dedans, c’est un peu différent. C’est sûr que c’est excitant, mais c’est là-dedans que je suis en ce moment et je ne peux pas voir ça trop gros. Ça reste du football.

Un mois et demi plus tard, à quelques jours du repêchage de la Ligue nationale de football (NFL), la réponse reste sensiblement la même. L’agent de Betts, Sasha Ghavami, est confiant que son client aura la chance de se faire une place dans la NFL. Reste à savoir s’il sera repêché, samedi, où s’il devra plutôt signer avec une équipe comme agent libre, comme l’avait fait l’ex Rouge et Or Antony Auclair, il y a deux ans.

C’est certain que j’ai hâte de savoir ce qui va se passer avec ça, commente Betts. Mais le repêchage n’est pas une finalité en soi. Que tu sois sélectionné ou non, une fois que tu es dans l’engrenage d’une équipe, l’objectif est de te tailler un poste et démontrer que tu peux contribuer le plus rapidement possible.

À deux pas de la NFL, une chose quasi-inconcevable pour lui il y a encore quelques années, l’athlète de 24 ans demeure fidèle à lui-même. Calme et confiant, il aborde la prochaine étape de sa carrière comme il a encaissé les grandes victoires et les défaites crève-coeur du Rouge et Or ces dernières années : sobrement.

Au-delà des attentes

Depuis l’époque où il faisait la pluie et le beau temps avec les Cactus de Notre-Dame, au secondaire, les prouesses de Mathieu Betts n’ont jamais vraiment surpris dans le monde du football québécois. Son talent était évident. Son attitude irréprochable. L’ascension s’est faite naturellement.

Lorsqu’il a miraculeusement bloqué un botté de placement en prolongation de son dernier match collégial pour guider les Spartiates du Vieux-Montréal à la conquête du Bol d’Or? C’est ce que font les joueurs exceptionnels comme Betts, vous dirait son ancien entraîneur Chérif Nicolas.

Réécrire le livre des records du football universitaire québécois? Remporter deux Coupe Vanier et être nommé à trois reprises le joueur de ligne par excellence au Canada?

Impressionnant, certes, mais pas imprévisible, vous diraient ses anciens coéquipiers.

Mathieu BettsMathieu Betts du Rouge et Or de l'Université Laval a reçu le titre du meilleur joueur de ligne au football universitaire canadien pour une troisième année consécutive. Photo : Rouge et Or de l'Université Laval / Louis Charland

Mardi matin, le protégé de Glen Constantin a complété le dernier examen de son baccalauréat en enseignement de l'éducation physique. Obtenir son diplôme en quatre ans, tel était le plan lorsqu’il a quitté Montréal pour venir étudier à l’Université Laval, parce que les joueurs suffisamment doués pour jouer chez les professionnels sont éligibles au repêchage après quatre saisons universitaires.

Mais c’est là où l’on déroge du script. Là où la réalité pourrait surpasser les hautes attentes placées en Mathieu Betts.

Quand on parle de repêchage, on parle habituellement de celui de la Ligue canadienne de football (LCF). Celui où Betts est vu comme le meilleur espoir. Celui où plusieurs dizaines de joueurs vedettes du Rouge et Or ont été repêchés ces 20 dernières années.

Du jamais vu chez le Rouge et Or

Le repêchage de la NFL, c’est une toute autre paire de manche. Outre Laurent Duvernay-Tardif, choix de 6e ronde des Chiefs Kansas City en 2014, seulement deux joueurs d’universités québécoises ont déjà été repêchés dans la NFL. Le demi de coin de l’Université Concordia Mark Montreuil, en 1995, et l’ailier défensif des Redmen de McGill Randy Chevrier, en 2001.

Pour un joueur du Rouge et Or, l’équipe la plus décorée de l’histoire du football universitaire canadien, ce serait une première si le nom de Mathieu Betts est prononcé samedi, à Nashville, lors du repêchage.

Le principal intéressé sait tout cela. Je ne sais pas quand ça va me frapper. Probablement quand ça va être plus concret. Quand je serai assigné à une équipe, mais encore plus quand je vais être sur place pour commencer un camp d’entraînement.

Il peut encore parler de la NFL comme le jeune téléspectateur qu’il était, en grandissant à LaSalle, idolâtrant des joueurs comme Ray Lewis et Demarcus Ware. Je ne change pas ma routine. Je suis assez informé à propos des meilleurs espoirs du repêchage et je vais suivre la première ronde comme j’ai l’habitude de le faire chaque année. Je suis conscient que je fais partie du repêchage, mais c’est drôle, c’est comme si ce n’était pas encore tout à fait réel.

Sans complexe

N’allez pas croire que l'idée de fouler le terrain avec des joueurs de la NFL intimide Betts. Il a vu Auclair et Duvernay-Tardif faire le saut avec succès ces dernières années et arrivera sans complexe au sud de la frontière.

Peu importe l’équipe à qui je vais me joindre, il va y avoir des joueurs établis et ça va être trippant de les cotôyer et de les affronter. J’ai une pleine confiance en mes habiletés et je pense être capable de tirer mon épingle du jeu. C’est dans cet état d’esprit qu’il faut arriver si je veux atteindre mes objectifs.

Mais chaque chose en son temps. Pour l’instant, Betts est simplement content de tourner la page sur un hiver chargé. L’entraînement pour les tests physiques est derrière lui. Ses études universitaires sont complétées. Pour la première fois de sa vie, il sera joueur de football à temps plein. Payé pour pratiquer son sport préféré.

Qu’il soit repêché ou non, samedi, l'athlète de 6 pieds 3 pouces et 254 livres sera vraisemblablement fixé d’ici lundi sur l’identité de l’équipe avec qui il obtiendra une chance dans la NFL.

Je ne pense pas que le schéma défensif d’une équipe ou d’une autre me convienne mieux. J’espère seulement que l’équipe qui va me repêcher ou me signer va avoir un plan clair pour me permettre de contribuer rapidement et de progresser.

Si c'est le cas, le plaisir peut commencer.

C’est un privilège si j’ai une opportunité dans la NFL. C’est un milieu qui est précaire et tu ne sais jamais quand ta carrière peut se terminer. Mon objectif #1 sera simplement d’en profiter.

Football

Sports