•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : les failles des maisons hydrofugées

Le reportage d'Olivier Lemieux
Jean-François Nadeau

La technologie pour prévenir les dommages en cas d'inondation a ses limites. Des citoyens de Sainte-Marie et de Scott qui avaient payé le fort prix pour faire hydrofuger le solage de leur résidence l'ont appris à leurs dépens.

Avec l'importance de la crue, des résidences hydrofugées ont été soulevées de terre. L'eau les a déplacées et les résidences se retrouvent maintenant inclinées.

Hydrofuger une fondation consiste notamment à coller sur le béton une membrane étanche, qui empêche l'eau d'entrer par la fondation. Les solages de ces résidences ont été construits un peu comme une coque de bateau.

« Ces fondations-là sont conçues pour résister à une crue centenaire, mais on a dépassé la crue centenaire. On avait du béton, des épaisseurs de murs, du sol autour qui normalement devaient empêcher la maison de soulever. Là, on a dépassé la crue centenaire de plusieurs pouces », explique l'ingénieur d'Axys Consultants, Steve Roy.

Perte totale

C'est ce qui s'est produit avec la résidence de Dave Lagacé, à Scott. Il a investi environ 100 000 $ l'an passé pour la rénover. Aujourd'hui, sa maison près de la rivière est une perte totale.

« La maison a quasiment monté de deux pieds, deux pieds et demi. C'est neuf et c'est à recommencer. Une charpente de bois, c'est fait pour être droit. Je ne sais pas quoi dire. Plus personne ne sait quoi penser de ça », affirme Dave Lagacé.

La résidence de Dave Lagacé a été soulevée par l'eau. Photo : Radio-Canada

Le jeune père de famille songe maintenant à déménager.

« Qu'est-ce que tu veux faire? Tu vas relever ça pour que ça recommence encore? Tu vas refaire un solage immunisé pour pas que l'eau rentre? Ça va recommencer », se désole-t-il.

D'ici là, sa maison devra être évaluée par un expert en bâtiment. « Ce qu'on recommande, c'est de ne pas entrer dans le bâtiment parce qu'on ne connait pas sa solidité », mentionne le directeur du Service des incendies de la municipalité de Scott, Nicolas Roy.

Normes à revoir

L'ingénieur Steve Roy croit que les normes devront être haussées à l'avenir pour immuniser les fondations contre les inondations.

« Il va falloir repenser les crues centenaires. Les prochains designs vont devoir prévoir encore plus de poussées d'eau, donc plus épais de béton et ainsi de suite. Augmenter les coûts de travaux par le fait même », souligne-t-il.

Malgré toutes les précautions possibles, il demeurera toujours un risque à habiter près d'un cours d'eau, dans une zone inondable.

Québec

Industrie de la construction