•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les employés de l’usine Vachon de Sainte-Marie plongés dans l’incertitude

Louis Gagné

L'interruption des activités à l'usine Vachon de Sainte-Marie, en Beauce, sème l'inquiétude chez ses quelque 700 employés.

La boulangerie qui produit les célèbres petits gâteaux Vachon est fermée depuis vendredi en raison de l’importante crue de la rivière Chaudière. Plusieurs équipements ont été endommagés par les inondations.

La direction affirme dans un courriel que la production pourrait redémarrer dans un délai de 3 à 8 semaines, selon les premiers indicateurs.

Cette incertitude inquiète le conseiller syndical Sébastien Bois, qui a fait le point avec l’employeur mercredi matin. Selon lui, il est encore trop tôt pour se prononcer sur l’avenir de l’usine.

« À l’heure actuelle, ce qu’il faut comprendre, c’est que ça ne ressemble en rien à une usine de production alimentaire. L’état des lieux est insalubre. Afin de bien évaluer ce qui peut être sauvé, la première étape, c’est le nettoyage en profondeur », explique-t-il en entrevue à Radio-Canada.

Des tuyaux reliés à une pompe d’assèchement évacuent à l’extérieur l’eau qui a inondé l’usine Vachon.

Une vaste opération de nettoyage est en cours à l’usine Vachon de Sainte-Marie.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Sébastien Bois précise qu’une quinzaine d’employés s’affairent présentement à assainir les installations. Des électriciens et des électromécaniciens sont également sur place pour « réalimenter, reconnecter ou réparer les bris primaires qui sont constatés ».

« On ne sait rien »

Des rumeurs de fermeture définitive de l’usine Vachon circulent depuis quelques jours à Sainte-Marie. Rien pour rassurer Claude Dupont, qui travaille à la boulangerie depuis 46 ans.

« Depuis trois ou quatre jours, les policiers nous disent que ça va fermer, qu’ils vont tout déménager ça, qu’on va perdre nos jobs […] Donc, oui, il y a beaucoup d’inquiétude », confie celui qui prendra sa retraite dans deux ans.

M. Dupont craint que les inondations remettent en question les projets d’acquisition d’un four supplémentaire et d’un nouveau robot. Il reproche à l’entreprise de ne pas en faire assez pour calmer les craintes des travailleurs.

Ils pourraient au moins contacter le monde pour leur dire : "On va être fermés pour une semaine, on nettoie, on répare et vous allez revenir", mais même pas. On ne sait rien.

Claude Dupont, employé, usine Vachon de Sainte-Marie
Claude Dupont en entrevue à Radio-Canada

Claude Dupont travaille à l'usine Vachon de Sainte-Marie depuis 46 ans.

Photo : Radio-Canada

Minimiser les impacts

L’usine Vachon appartient à la boulangerie Canada Bread, une filiale du géant mexicain Grupo Bimbo. Pour minimiser les répercussions de la fermeture, certains employés seront temporairement affectés à d’autres usines que possède Bimbo Canada dans la région.

Des activités de l’usine de Sainte-Marie pourraient également être déplacées temporairement à Vallée-Jonction, selon Sébastien Bois.

« On est en train d’essayer de pallier le manque à gagner monétaire, puis de maintenir le plus de travailleurs en emploi pour Canada Bread et le groupe Bimbo », mentionne le conseiller syndical.

Les travailleurs sont également encouragés à prendre leurs vacances durant la fermeture de l’usine. Bimbo Canada assure que les employés toucheront leur paie comme prévu jeudi, et ce, malgré l’interruption du service de la rémunération.

L’entreprise souhaite également mettre en place une ligne téléphonique pour offrir de l’information à ses employés.

Avec les informations de Marc-Antoine Lavoie et de Catou MacKinnon

Québec

Industrie alimentaire