•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 40 ans, le français redevenait une langue officielle au Manitoba

    Gros plan de deux recueils de lois du Manitoba datant de 1890 et de 1891.
    Le 26 avril 1979, la Cour d'appel du Manitoba invalide la Loi sur la langue officielle de 1890 qui avait aboli le français comme langue officielle de l'administration dans la province. Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    Le 26 avril 1979, le français était reconnu de nouveau comme langue officielle de la province du Manitoba. Cette décision, comme le confirment des reportages de Radio-Canada, constituait une grande victoire pour les Franco-Manitobains.

    Une décision historique…

    J’ai toujours eu espoir qu’on arriverait à aujourd’hui. Et maintenant, il s‘agit de faire confirmer ce jugement par la Cour suprême du Canada.

    Georges Forest

    Georges Forest est un batailleur et il est tenace.

    En 1976, il reçoit une contravention rédigée uniquement en anglais.

    L’homme d’affaires de Saint-Boniface refuse de la payer. Il conteste même la validité de cette dernière. Il exige un procès pour régler l’affaire et il le veut en français.

    Or, la Loi sur la langue officielle de 1890 fait de l’anglais au Manitoba la seule langue utilisée dans les tribunaux, la législature et les écoles.

    Militant depuis longtemps pour le respect des droits des Franco-Manitobains, Georges Forest conteste la constitutionnalité de cette loi.

    Reportage du 26 avril 1979

    Le 26 avril 1979, comme le souligne la journaliste Jacqueline Blay dans un reportage présenté au bulletin de nouvelles, la Cour d’appel du Manitoba donne raison à Georges Forest.

    À l’unanimité, les cinq juges de cette cour invalident la loi de 1890 qui abolissait le statut officiel du français au sein des institutions législatives et judiciaires.

    La Cour d’appel ne déclare pas inconstitutionnelles les quelque 4000 lois adoptées par le Parlement manitobain depuis 1890.

    Cependant, les juges concluent à la nécessité de les traduire en français et, au besoin, de régulariser les droits linguistiques des francophones au Manitoba.

    C’est une décision historique qui ravit la communauté francophone de la province.

    … confirmée par la Cour suprême du Canada

    La province du Manitoba, il va falloir qu’elle commence à rédiger des procédures pour traduire les lois de l’anglais en français.

    Alain Hogue, avocat de Georges Forest, 13 décembre 1979

    Le 13 décembre 1979, la Cour suprême du Canada confirme le jugement de la Cour d’appel du Manitoba.

    Téléjournal, 13 décembre 1979

    Le jugement par le plus haut tribunal du pays, comme le rappelle la journaliste Hélène Narayana dans un reportage présenté au Téléjournal ce jour-là, est reçu assez froidement par le gouvernement provincial.

    Il faut dire que le gouvernement du Manitoba se voyait obligé de traduire toutes les lois adoptées depuis 1890 par la province.

    C’était une entreprise colossale et qui allait coûter au bas mot 15 millions de dollars. Le gouvernement canadien a offert de l’argent pour aider le Manitoba à accomplir cette tâche.

    Malgré le soutien fédéral, le gouvernement du Manitoba agit à pas de tortue.

    En 1985, un nouveau jugement de la Cour suprême statue que toutes les lois unilingues anglaises votées par la province de 1890 à 1979 sont inconstitutionnelles et qu'elles doivent rapidement être traduites en français.

    Selon le recensement canadien de 2016, 43 120 personnes ont le français pour langue maternelle au Manitoba. Ce nombre représente 3,8 % de la population de la province.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Politique