•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des mesures préventives contre l'agrile du frêne à Rivière-du-Loup

L'agrile du frêne sur une feuille.
L'agrile du frêne. Photo: iStock / ziggy1
Jérôme Lévesque-Boucher

La Ville de Rivière-du-Loup modifie sa réglementation sur la coupe d'arbres pour prévenir l'arrivée de l'agrile du frêne dans la région. Ainsi, la coupe de frênes est autorisée sans restriction.

Il suffit de demander un permis de coupe au Service d'urbanisme. Cette autorisation est offerte gratuitement aux citoyens. Une fois l'arbre coupé, il devra être remplacé par une pousse d'une autre essence.

De plus, il n'est plus permis de planter des frênes sur le territoire louperivois.

La Ville elle-même procèdera bientôt à l'abattage de frênes dans les espaces publics afin de les remplacer par d'autres essences. L'initiative a pour but de protéger le couvert forestier louperivois de l'insecte.

Il y a un gros travail qui va se faire. Il faut faire l'inventaire de tous les arbres. Si on en coupe un, il faut en planter un autre parce qu'on ne peut pas laisser ça vide. Ce qui est certain, c'est qu'on ne veut pas laisser l'agrile entrer en ville.

Sylvie Vignet, mairesse de Rivière-du-Loup
La mairesse de Rivière-du-Loup Sylvie Vignet. La mairesse de Rivière-du-Loup Sylvie Vignet. Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

L'Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a confirmé, en 2018, que l'agrile du frêne a été repéré dans le secteur du Madawaska, au Nouveau-Brunswick, soit à une centaine de kilomètres de Rivière-du-Loup.

Rivière-du-Loup explique que peu d’ennemis naturels importants existent pour contrecarrer l’évolution de l’insecte. C'est pourquoi on veut agir rapidement, conclut la mairesse Sylvie Vignet.

Bas-Saint-Laurent

Environnement