•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville d’Ottawa déclare l’état d’urgence climatique

Des enfants tiennent des banderoles à l'entrée de l'hôtel de ville
De jeunes citoyens ont participé à une manifestation devant l'hôtel de ville d'Ottawa demandant des actions concrètes pour lutter contre les changements climatiques. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les conseillers municipaux d'Ottawa ont appuyé, mercredi, une résolution de déclaration de l'état d'urgence climatique. Seuls trois conseillers s'y sont opposés, soit George Darouze, Rick Chiarelli et Allan Hubley.

La capitale nationale souhaite ainsi démontrer son engagement envers la lutte aux changements climatiques. Le maire Jim Watson a aussi tenu à souligner que la Municipalité avait déjà pris de nombreuses mesures en ce sens, dont la réalisation du train léger, le principal item dans notre coffre à outils pour lutter contre les gaz à effet de serre.

Engagement vs urgence

Une majorité d’élus ont appuyé l’idée de démontrer du leadership dans la lutte aux changements climatiques, particulièrement envers les jeunes générations.

Cependant, le principal point qui a soulevé les critiques de certains élus a été la notion « d’urgence ». L’utilisation du mot urgence est déplacée, a déclaré le conseiller du quartier Collège, Rick Chiarelli, tout en reconnaissant que la situation était « importante ». Citant d’autres enjeux auxquels la Ville est confrontée, comme les gangs de rue et l’itinérance, il a remis en question la situation d’urgence climatique, estimant que tous ces dossiers étaient importants.

La conseillère du quartier Gloucester-Nepean-Sud, Carol Anne Meehan, a renchéri, se disant un peu effrayée par le terme « urgence » et par la façon dont cela pourrait être interprété.

Son collègue du quartier Capitale, Shawn Menard – qui avait proposé la résolution au comité de la protection de l’environnement – a précisé qu’il ne s’agissait pas d’un plan de gestion des urgences climatiques, mais bien d’un plan pour l’action dont l’administration devra tenir compte.

La résolution avait été approuvée à la mi-avril par le comité de la protection de l'environnement. Ce dernier avait également formulé sept recommandations, dont certaines accélèrent le travail de la Ville, en continuant, par exemple, de miser sur l’énergie renouvelable dans les édifices municipaux et les transports.

Une manifestation en parallèle

Avant la tenue du conseil municipal d’Ottawa, des citoyens sont venus manifester en appui à la lutte contre les changements climatiques. Ils ont exigé des actions immédiates de la part de la Municipalité.

En s’adressant à eux, le conseiller Shawn Menard a souligné que la situation actuelle était, selon lui, une urgence et que la Ville d’Ottawa devait agir, tout comme les autres paliers de gouvernement. La proposition appelle des actions concrètes, a-t-il lancé, mais ce ne sera pas suffisant. Il va falloir continuer à exiger davantage d’actions.

Le député provincial d’Ottawa-Centre, Joel Harden, a ajouté que les mots peuvent être importants et motiver l’action. Il considère les changements climatiques comme l’enjeu le plus important à ses yeux.

La communauté d’Ottawa est très sensibilisée en matière d’environnement. Nous devrions être des meneurs au pays dans ce dossier.

Joel Harden, député provincial d’Ottawa-Centre

Le Parti vert du Canada a quant à lui salué la prise de position de la Ville d’Ottawa. Le fait de reconnaître le changement climatique comme une urgence et d’en faire une priorité stratégique constitue un progrès substantiel, a déclaré dans un communiqué la candidate du parti dans Ottawa-Centre, Angela Keller-Herzog. Cela pourrait marquer un tournant pour notre ville.

Avec les informations de Stéphane Leclerc

Ottawa-Gatineau

Politique municipale