•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet du Yacht Club St-Benoît crée des vagues à Austin

Le Yacht Club St-Benoît est installé dans le creux de la baie Sargent au lac Memphrémagog.

Le Yacht Club St-Benoît à Austin accueille une centaine de voiliers.

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Rousseau

Marie-Hélène Rousseau

Un projet du Yacht Club St-Benoît soulève de vives inquiétudes chez des riverains de la baie Sargent au lac Memphrémagog. La marina demande la permission au ministère de l'Environnement d'installer ses quais différemment l'été prochain. Des résidents craignent que leur qualité de vie écope.

Je vais avoir les bateaux dans la face. C’est horrifiant, lance une des riveraines touchées, Hélène Roy. Si le projet se concrétise, elle constate que les quais seraient installés devant chez elle, à quelques dizaines de mètres de la rive. Elle sent qu’elle perdra son terrain de jeu nautique. Je n’en reviens pas que quiconque puisse s'installer devant les autres. C’est impardonnable! poursuit-elle.

Le ministère de l’Environnement analyse présentement la demande d’occupation d’un plan d’eau public » présentée par le Yacht Club St-Benoît.

Dans la mesure où on est dans nos droits, on va vouloir les exercer , explique le conseiller juridique et actionnaire de la marina, Me Paul Bouchard. Il explique que cette décision permettrait d'économiser plusieurs dizaines de milliers de dollars par année et d’assurer la pérennité de la marina. On n’est pas en train d’empiéter sur les droits de personne, croit-il.

Plan aérien de la baie Sargent au lac Memphrémagog préparé par le groupe de citoyens inquiets.

Plan aérien de la baie Sargent au lac Memphrémagog préparé par le groupe de citoyens inquiets.

Photo : Luc Pellerin

Un litige entre voisins à l’origine de l’impasse

Depuis 1981, près d’une centaine de voiliers accostent à la marina. Les quais longent deux terrains: celui appartenant au Yacht Club St-Benoît et celui de la famille Plumet.

La marina payait jusqu’ici environ 35 000 $ par année pour l’utilisation du littoral de son voisin.

Le Yacht Club St-Benoit a confirmé son intention de réorienter ses quais au cours de la renégociation du bail conclu avec la famille Plumet, arrivant à échéance en 2023. On nous a dit que le bail allait doubler et que c’était non négociable. Tant qu’on était à la merci d’un bail, ça inquiétait les membres, affirme Me Bouchard.

Or, pour éviter les frais de location, les actionnaires de la marina ont préféré installer les 99 emplacements uniquement devant la propriété de Yacht Club St-Benoit, jusqu’à 150 mètres du rivage.

La famille Plumet dénonce la décision de la marina. Pendant 37 ans, la seule augmentation qu’il y a eu sur ce bail-là, c’est [l’inflation]. La valeur du terrain à l’époque était de 48 000 $. Aujourd’hui, elle est de 920 000 $ », explique Philippe Plumet.

La famille avait proposé d’actualiser le bail à 65 000 $ par année après avoir fait appel à un évaluateur. Que ces gens-là décident de ne pas renouveler le bail, c'est leur droit, convient Philippe Plumet. Mais, ce qu'on revendique, c'est le droit à notre façade. Ils vont venir s’installer juste devant chez nous, sans payer de bail et sans nous donner aucune compensation, dénonce-t-il.

« On subit les conséquences de cette histoire-là »

Plusieurs riverains craignent que les nouveaux aménagements prennent toute la place dans la baie et considèrent que leur qualité de vie est menacée. Ils anticipent aussi une perte de valeur de leur propriété.

Le groupe de riverains veut contrer le projet du Yacht Club St-Benoît de revoir l'orientation de ses quais dans la baie Sargent au lac Memphrémagog

Des citoyens s'inquiètent d'un projet du Yacht Club St-Benoît de positionner ses quais différemment dès cet été.

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Rousseau

Pourquoi venir nous piétiner les pieds, chez nous?, déplore Michel Voyer, qui habite la résidence voisine de la marina. Le 8 mars dernier, il a assisté à l’assemblée des actionnaires de Yacht Club St-Benoit pour représenter son père de 91 ans.

Mon père a été un des fondateurs de la marina. Il se sent trahi, affirme-t-il.

Selon Michel Voyer, le projet a été présenté comme la meilleure option pour éviter de renouveler le bail de location du littoral de la famille Plumet. Ce qui s’est dit à l'assemblée, c'est que c’était dans la poche. Je suis intervenu en disant que nous, ça affectait la valeur de notre propriété et en même temps au niveau environnement et utilisation du lac, ce n’était pas ce qu’il fallait faire , déplore-t-il.

Le ministère de l'Environnement analyse le projet

Le groupe de citoyens s’est adressé au ministère de l’Environnement dans l’espoir que son point de vue soit considéré. Les riverains croient que le plan certifié par l’arpenteur du Yacht Club St-Benoît brime leurs droits et déposeront une contre expertise. Ils envisagent aussi faire appel aux tribunaux.

Plan d'aménagement du projet

Plan d'aménagement du projet

Photo : Groupe HBG

Comme il s’agit d’un dossier litigieux, le ministère de l’Environnement refuse de commenter l’affaire. Toutefois, par écrit, un porte-parole précise que le déplacement d’une marina ne nécessite pas d’autorisation environnementale s’il n’y a pas d’impact supplémentaire dans le lac .

Comme toute demande d’occupation sur un plan d’eau public, c’est le Règlement sur le domaine hydrique de l’État qui s’applique. Le Ministère analyse présentement la demande de la marina.

Ministère de l'Environnement

Transports Canada doit aussi autoriser le projet du Yacht Club St-Benoît. L’examen et l’approbation d’un ouvrage par Transports Canada sont réalisés dans l’intérêt public et vont au-delà des besoins du demandeur », indique un porte-parole. La sécurité de la navigation et l'accès aux voies navigables seront, entre autres, étudiés.

Les plaintes reçues sont consignées au dossier et sont en cours d’analyse , ajoute-t-il.

La mise à l’eau est prévue à la fin du mois de mai.

La Municipalité impuissante

« C'est sûr que quand on change le milieu de vie de nos citoyens ça devient inquiétant. Sauf qu’il y a des choses sur lesquelles on ne peut pas agir. Nos citoyens sont désemparés, angoissés par cette situation-là », indique la mairesse d’Austin, Lisette Maillé.

Elle affirme que le projet du Yacht CLub St-Benoît ne contrevient à aucun règlement municipal.

« La seule chose que nous avons dans nos règlements, ça concerne les quais de personnes physiques, donc de propriétaires particuliers. Quand ça concerne ce qu'on appelle des personnes morales, soit des sociétés, des marinas tout ça, ça relève du gouvernement », explique-t-elle.

La Municipalité d’Austin a fait parvenir une lettre au Centre d’expertise hydrique du Québec pour faire valoir les préoccupations des riverains.

Le litige pourrait amener la Municipalité à revoir sa réglementation. « Est-ce qu’on pourrait avoir éventuellement une prise, est-ce qu'on pourrait avoir notre propre règlement? Ça mérite d’être regardé c’est certain », conclut-elle.

Estrie

Justice et faits divers