•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police de Laval cherche de présumées victimes d’un prêtre arrêté pour crime sexuel

Photo d'identité de Henri Paradis

Le Service de police de Laval croit que le père Henri Paradis pourrait avoir commis des crimes de nature sexuelle sur d'autres victimes.

Photo : Service de police de Laval

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le fondateur du Centre charismatique Le Jourdain, de Montréal, le père Henri Paradis, a été arrêté le 4 avril dernier pour un crime sexuel qui aurait été commis il y a 31 ans. Le Service de police de Laval (SPL) croit qu'il aurait pu faire d'autres victimes.

Le père Paradis, qui est aujourd'hui âgé de 73 ans, a été à l'origine de l'établissement du Centre Le Jourdain dans le nord de Montréal, en 1976.

La police allègue qu'à l'été 1988, il se serait présenté chez la présumée victime pour recueillir sa confession, et qu’il lui aurait fait des attouchements à caractère sexuel.

Les enquêteurs de la Division des crimes majeurs du SPL invitent les autres victimes possibles du père Paradis à porter plainte. D'après la police, l'accusé est encore associé au Centre Le Jourdain, situé sur la rue Allard, dans l'arrondissement de Montréal-Nord.

Henri Paradis, un membre de la Société des Missionnaires des Saints-Apôtres, a comparu au Palais de justice de Laval et a été remis en liberté sous promesse de respecter plusieurs conditions. Il sera de retour à la cour le 17 juin prochain.

Dans la vidéo ci-dessous, Stéphanie Beschara, porte-parole du Service de police de Laval, explique que le prêtre Henri Paradis, arrêté pour un crime sexuel, pourrait avoir fait d'autres victimes.

Une voiture de police de la ville de Laval

Stéphanie Beschara, porte-parole du Service de police de Laval, explique que le prêtre Henri Paradis, arrêté pour un crime sexuel, pourrait avoir fait d'autres victimes.

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.