•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Apuiat ne serait pas suffisant pour approvisionner New York en énergie

Une éolienne.
Une éolienne Photo: Radio-Canada / Nicolas Steinbach
Radio-Canada

Apuiat pourrait être remis sur la table plus tôt que prévu si Hydro-Québec signe des contrats d'approvisionnement avec les États-Unis, confirme le premier ministre québécois, François Legault. Toutefois, le projet éolien ne serait pas suffisant pour alimenter la Ville de New York.

En début de semaine, le maire de New York, Bill de Blasio, a indiqué vouloir alimenter sa ville à 100 % avec de l'hydroélectricité canadienne d'ici 2020.

Selon le spécialiste en énergie et professeur auxiliaire au Département de science économique à l'Université d'Ottawa, Jean-Thomas Bernard, le projet Apuiat ne pourrait fournir qu'une partie de l'énergie qui serait nécessaire à New York si Hydro-Québec signe un gros contrat d'approvisionnement à long terme avec la Ville.

De son côté, François Legault confirme que des ententes à long terme avec la Ville de New York et l'état du Massachusetts pourraient permettre d'écouler les surplus en énergie d'Hydro-Québec puis de créer de nouveaux projets éoliens et hydroélectriques.

On va d’abord pouvoir se débarrasser de nos surplus actuels puis avoir besoin d’électricité aditionnelle, affirme le premier ministre. Donc des nouveaux projets, que ce soit Apuiat ou d’autres, vont devenir des projets nécessaires pour approvisionner tous nos clients.

Une carte montrant la localisation du projet Apuiat, près de Rivière-Pentecôte et à une quarantaine de km de Port-Cartier.Les éoliennes d'Apuiat se trouveraient à une quarantaine de kilomètres du centre de Port-Cartier Photo : Apuiat.com

François Legault ajoute que d'autres projets hydroélectriques sont aussi dans les cartes du gouvernement québécois afin de répondre aux besoins énergétiques de ces ententes avec les États-Unis. Le premier ministre évoque à nouveau la possibilité de construire un barrage sur la rivière Petit-Mécatina en Basse-Côte-Nord. Un projet de barrage à Terre-Neuve, en partenariat avec Hydro-Québec est aussi envisagé.

Le spécialiste en énergie et professeur Jean-Thomas Bernard est aussi d'avis qu'en raison de leur nature, les projets éoliens comme Apuiat sont limités.

Comme vous savez, les projets éoliens sont soumis à l’intermittence, donc ils produisent de l’énergie, mais on ne leur attribue pas beaucoup de capacité parce qu’il faut répondre à la demande comme elle se présente et le vent, lui, il opère quand ça lui convient, rappelle Jean-Thomas Bernard au micro de Bonjour la Côte.

Par contre, avec ses surplus actuels, Hydro-Québec pourrait fournir la ville de New York en énergie pour les 10 prochaines années, analyse Jean-Thomas Bernard. Le professeur rappelle que les surplus d’Hydro-Québec sont vendus à très bas prix et que la demande est faible.

L’économiste Jean-Thomas BernardL’économiste Jean-Thomas Bernard Photo : Radio-Canada

Un peu d'espoir pour l'économie de Port-Cartier

La perspective d’une relance du projet Apuiat réjouit le maire de Port-Cartier, Alain Thibault.

La Ville de Port-Cartier obtiendrait une partie des redevances de ce projet réalisé sur son territoire et certains résidents pourraient y trouver un emploi.

Toutefois, Alain Thibault reconnaît qu'il va falloir d'abord écouler les surplus d'Hydro-Québec avant de considérer la construction de nouvelles centrales.

Si on élimine les surplus, c'est sûr qui va falloir produire plus d'énergie et Apuiat devient prioritaire, c'est bien sûr pour une bonne entente avec les Innus et tout ça donc oui, c'est du positif pour nous. On en a besoin de choses positives, de nouvelles positives ces temps-ci et c'en est une, c'en est une très bonne.

Le maire de Port-Cartier, Alain ThibaultLe maire de Port-Cartier, Alain Thibault Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Côte-Nord

Énergie