•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des travailleurs étrangers pour une entreprise des Îles

Des travailleurs dans une usine décortiquent des homards cuits.
L'usine LA Renaissance transforme du homard, du crabe des neiges, du pétoncle et du macre. (archives) Photo: CBC
Radio-Canada

Très bientôt, 47 Mexicains iront prêter main-forte à l'entreprise LA Renaissance des Îles-de-la-Madeleine, qui transforme des fruits de mer.

C’est la troisième année que l’usine de transformation engage des travailleurs étrangers pour faire face au manque de main-d’œuvre.

Malgré la mécanisation des opérations, le besoin de ressources humaines demeure important.

Il y a de moins en moins de travailleurs dans l’industrie de la pêche disponibles. La main-d'oeuvre est aussi de plus en plus âgée selon la présidente-directrice générale de l'entreprise, Lynn Albert. La moyenne d'âge chez moi est de 58 ans. Donc, tous les ans, il y a des gens qui se retirent et aussi il y a des gens qui vont travailler ailleurs et puis donc il faut se fier sur la main-d’œuvre étrangère. Sans main-d'œuvre étrangère, on ne pourrait pas produire ce qui a à faire.

Une usine de transformation de fruits de mer de LA Renaissance des Îles au quai de Grande-Entrée aux Îles-de-la-Madeleine.Une usine de transformation de fruits de mer de LA Renaissance des Îles au quai de Grande-Entrée aux Îles-de-la-Madeleine. Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

L’usine des Îles n’est pas la seule dans la région qui recrute des travailleurs mexicains, l'usine E. Gagnon et fils de Sainte-Thérèse-de-Gaspé aussi.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Immigration