•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un appareil de dépistage de drogues testé à Victoria

L'appareil composé de gros boutons et d'un écran affiche le mot fentanyl.

L'appareil compare les composés chimiques du produit qui lui est présenté à une banque de données de différentes drogues, dont le fentanyl.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

Adrien Blanc

Le projet pilote de trois ans, appuyé par une aide fédérale de 1,7 million de dollars, permet aux consommateurs de drogues de tester les produits qu'ils utilisent dans deux centres de Victoria.

Les personnes qui consomment des drogues illicites peuvent se présenter dans les permanences des organismes AIDS Vancouver Island et SOLID pour faire dépister le fentanyl, la méthamphétamine, l’héroïne et d'autres substances dangereuses qui pourraient se trouver dans le produit qu’elles veulent consommer.

Les appareils de dépistage ont été conçus par des étudiants et des chercheurs de l’Université de Victoria dans le cadre du Programme sur l’usage et les dépendances aux substances de Santé Canada.

Richard Stanwick, administrateur en chef de la régie de la santé Island Health, qui est partenaire du projet, compare cette campagne de dépistage à un lever de voile sur les substances illégales.

Nos clients pourront faire des choix mieux informés.

Richard Stanwick, administrateur en chef de la régie de la santé Island Health

La vérification des drogues prend une quinzaine de minutes par personne et elle est accompagnée d’un entretien avec un membre du personnel destiné à informer les utilisateurs sur les produits qu’ils consomment.

Deux graphiques montrent, d'un côté, la présence de différentes drogues, et de l'autre, de différentes substances chimiques destinées à couper la drogue.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les échantillons testés dans les deux sites de dépistage de Victoria, lundi, ont révélé la présence de 28 % de fentanyl et étaient coupés aux deux tiers avec de la caféine.

Photo : Vancouver Island Drug Checking Project

Lors d’une conférence de presse à l’Université de Victoria, mardi, la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, a rappelé que de nombreux autres projets pilotes étaient menés partout au pays.

Les données collectées nous permettront d’en savoir plus sur les drogues qui sont sur le marché et la façon de mieux protéger ceux qui les consomment.

Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé

Le codirecteur du projet pilote de l’Université de Victoria, Bruce Wallace, cite en exemple le festival de musique Shambhala, qui a lieu en été à Salmo, dans la région des Kootenay, et qui propose aux festivaliers un dépistage de drogues. Alors que, par le passé, la vérification des drogues se faisait dans les discothèques et les festivals, explique-t-il, elle s’étend de plus en plus à toutes les communautés à cause de la crise des surdoses.

L’an dernier, 1510 personnes ont succombé à une surdose en Colombie-Britannique.

Colombie-Britannique et Yukon

Crise des opioïdes