•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dougald Lamont est nommé candidat du Parti libéral pour Saint-Boniface

Dougald Lamont faisant un discours devant ses partisans.
Dougald Lamont a été nommé sans opposition comme candidat du Parti libéral pour Saint-Boniface. Photo: Radio-Canada / Julien Sahuquillo
Julien Sahuquillo

L'actuel député de Saint-Boniface et chef du Parti libéral du Manitoba, Dougald Lamont, a été nommé, mardi soir, au Centre communautaire Norwood, à Winnipeg, sans opposition, candidat du Parti libéral à Saint-Boniface pour les élections provinciales.

Alors que mardi marque aussi son 50e anniversaire, Dougald Lamont sourit à ce qui apparaît comme un cadeau et un signe de confiance de ses partisans.

« Je suis né tout près [du Centre Norwood] il y a 50 ans ce soir. C’est une des meilleures façons de le célébrer avec des amis et à Saint-Boniface », s’amuse-t-il.

Des amis, l’actuel candidat libéral pour Saint-Boniface en avait dans la salle avec plus d’une vingtaine de partisans venus le soutenir.

Bien que Dougald Lamont n’ait pas eu d’opposant interne pour la circonscription de Saint-Boniface, une nomination en bonne et due forme a dû être faite. C’est donc la résidente de Saint-Boniface et présidente de l’Association des résidents du Vieux Saint-Boniface, Lyndsey Marshal, qui a nommé le candidat du Parti libéral.

« Je l’ai rencontré il y a un an. Il était venu vers nous avant de candidater pour les élections partielles. Il a toujours été très bon pour faire en sorte de savoir ce qui se passe à Saint-Boniface », reconnaît-elle.

Elle affirme que, si le candidat a été très actif lors de sa campagne l’an dernier, il a continué par la suite à rester proche des acteurs locaux.

Lyndsey Marshal devant des pancartes pour le candidat Dougald Lamont.Lyndsey Marshal affirme avoir confiance dans le travail de Dougald Lamont. Photo : Radio-Canada / Julien Sahuquillo

Au cours de son discours, mardi soir, Dougald Lamont a également souligné l’importance de la campagne de promotion du quartier de Saint-Boniface, Passion et histoire, comme preuve de la richesse et symbole de la spécificité de sa circonscription.

« C’est vraiment quelque chose de spécial d’apprécier l’histoire à Saint-Boniface au niveau culturel, de la langue, de l’éducation. Il y a une appréciation du patrimoine, mais aussi un regard vers le futur », remarque Dougald Lamont.

Il ajoute que le quartier francophone de Winnipeg est « un microcosme du Manitoba et du Canada ».

Rita Borthwick ne vit pas à Saint-Boniface, mais elle est tout de même venue soutenir le candidat dont elle apprécie la franchise, dit-elle.

« Il ne s'inquiète pas de se faire des amis ou des ennemis », affirme-t-elle.

Les libéraux du Manitoba différents du fédéral

Le Parti libéral ne s’est pourtant pas fait que des amis, ces derniers temps, au niveau fédéral, le parti au pouvoir à Ottawa ayant connu plusieurs scandales, dont l’affaire SNC-Lavalin.

Dougald Lamont estime quant à lui que les libéraux du Manitoba ne sont pas tributaires des actions du gouvernement fédéral.

« On ne demande pas à M. Pallister si M. Sheer a des problèmes ou à Wab Kinew s’il y a des problèmes avec Jagmeet Singh. La seule chose sur laquelle mes opposants peuvent me critiquer, c’est sur quelque chose qui a été fait au niveau fédéral. Ça nous montre qu’il n’y a pas grand-chose à reprocher au Parti libéral du Manitoba », assure-t-il.

« Les histoires du fédéral et d’ici sont deux choses séparées. Je ne pense pas que cela aura un impact sur les élections [au Manitoba] pour les libéraux », dit Rita Borthwick.

Dougald Lamont est persuadé que les prochaines élections provinciales donneront « encore plus de sièges » au palais législatif à son parti.

Il ajoute que, dans ce sens, il est également prêt à soutenir la députée libérale provinciale Judy Klassen pour une éventuelle candidature au niveau fédéral.

Si [Judy Klassen] se présente, elle va travailler avec nous pour assurer qu’on a un autre libéral pour la circonscription de Churchill-Keewatinook Aski.

Dougald Lamont, chef du Parti libéral du Manitoba

Les libéraux ont, pour le moment, quatre députés, soit le minimum requis pour garantir le statut de parti officiel. Tout départ non remplacé pourrait donc mettre à mal le statut du parti.

« S’il y a une élection anticipée, tout va changer et on va gagner beaucoup de sièges », assure, confiant, le chef du Parti libéral du Manitoba en guise de conclusion.

Manitoba

Politique provinciale