•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Première Nation Ochapowace se plaint du manque de réponse de la GRC à ses plaintes

Gros plan sur Margaret Bear souriante.
La chef de la Première Nation Ochapowace, Margaret Bear, déplore que la GRC n’ait pas répondu à des plaintes émanant de membres de sa Première Nation. Photo: Ochapowace First Nation/ochapowace.com
Radio-Canada

La Fédération des Nations autochtones souveraines (FSIN) accuse le détachement de la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) à Esterhazy, à l'est de Regina, de ne pas avoir répondu, la semaine dernière, à plusieurs plaintes pour intrusion sur les terres de la Première Nation Ochapowace.

Selon un communiqué de la FSIN, un fermier, qui avait été auparavant locataire, a été vu sur les terres de la Première Nation Ochapowace, situées à 160 km à l’est de Regina. Le fermier avait pourtant été expulsé parce qu’il n’avait pas payé son loyer, précise le communiqué.

Le gestionnaire des terres et le gérant du pâturage d'Ochapowace ont alors essayé de s’approcher de l’homme parce que ce n’était pas la première fois qu’ils le voyaient sur leurs terres. Mais ils ont constaté que le fermier avait une arme dans son véhicule, explique le communiqué.

« En s’approchant du véhicule, ils ont vu l’arme et ont fui, craignant pour leur vie », explique la chef de la Première Nation Ochapowace, Margaret Bear.

Cette dernière indique que les services de police ne sont pas venus sur les lieux, même si l’incident leur a été signalé à plusieurs reprises.

« On ne peut pas simplement nous ignorer lorsque nous signalons des incidents graves sur nos terres », dénonce-t-elle.

« Cela aurait pu provoquer une autre tragédie avec une arme à feu en Saskatchewan et notre Première Nation est très inquiète en raison des disputes foncières avec des fermiers armés », poursuit Margaret Bear.

Dans un communiqué, la GRC a indiqué que le surintendant de police en chef, Alfredo Bangloy, avait pris connaissance de la plainte de la FSIN le mercredi 17 avril. Elle précise que ce dernier « s’est engagé à enquêter sur les inquiétudes exprimées par la FSIN ».

« Les mesures sont en cours et la GRC remercie la FSIN de lui faire part de ses préoccupations », conclut la GRC dans ce communiqué.

Avec les informations de CBC

Saskatchewan

Autochtones