•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La commissaire à l'éthique enquêtera sur le ministre Fitzgibbon

Le ministre québécois de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon.

Le ministre québécois de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La commissaire à l'éthique et à la déontologie annonce qu'elle ouvrira, « à son initiative », une enquête quant à de « potentiels manquements au Code d'éthique et de déontologie des membres de l'Assemblée nationale qu'aurait commis le ministre de l'Économie et de l'Innovation et député de Terrebonne, M. Pierre Fitzgibbon ».

Dans un communiqué, la commissaire Ariane Mignolet précise que « cette enquête concernera principalement la détention d'intérêts, par le ministre, dans certaines entreprises dont les titres ne sont pas transigés à une bourse ou qui ne font pas l'objet d'un autre marché organisé. La commissaire cherchera notamment à déterminer si les règles relatives aux conflits d'intérêts et à la déclaration des intérêts ont été respectées par le ministre ».

La commissaire à l’éthique confirme avoir reçu deux demandes d’enquête concernant le ministre Fitzgibbon provenant des députés Vincent Marissal (Québec solidaire) et Martin Ouellet (Parti québécois).

Les deux requêtes concernent la vente d'actions que détenait Pierre Fitzgibbon dans l’entreprise Move Protéine, dont le président est Renaud LeBlanc, le fils de Guy LeBlanc qui a été confirmé la semaine dernière comme nouveau patron d'Investissement Québec.

Les deux partis croient que le ministre Fitzgibbon a ordonné la vente de ses actifs dans Move Protéine, alors que ceux-ci ont été placés dans une fiducie sans droit de regard.

Les demandes d'enquête ont été formulées après la nomination de Guy LeBlanc à la tête d'Investissement Québec et non pas après la vente des actions de Pierre Fitzgibbon.

« Puisque ces demandes concernent des questions connexes, soit celles relatives aux intérêts détenus dans des entreprises par le ministre, celles-ci seront traitées dans le cadre de l'enquête à l'initiative de la commissaire », a indiqué le bureau d'Ariane Mignolet.

L'enquête de la commissaire se déroulera à huis clos, comme le prévoit le Code d'éthique et de déontologie. Elle produira ensuite un rapport qui sera transmis au président de l'Assemblée nationale, avant d'être rendu public.

Politique provinciale

Politique