•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Société canadienne du cancer met en garde les adolescents contre le bronzage

Une image prise par un Photomaton UV
Le photomaton UV permet de voir les dommages causés sur la peau par le soleil. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

À l'approche de l'été, la Société canadienne du cancer se donne comme mission de sensibiliser les jeunes au cancer de la peau. L'équipe était d'ailleurs en Outaouais mardi, au centre de formation professionnelle Vision Avenir.

Les jeunes pouvaient entre autres se prendre en photo dans un photomaton UV. L'appareil permet de voir ce qui est encore invisible à l'oeil nu, c'est-à-dire tous les dommages causés sur la peau par le soleil.

Le cancer de la peau est la forme de cancer la plus courante depuis 30 ans.

Environ le tiers de tous les nouveaux cas de cancer au Canada sont des cancers de la peau et le taux continue d'augmenter. Il se situe d’ailleurs au troisième rang des cancers les plus fréquents chez les jeunes filles de 15 ans, selon des données de la Société canadienne du cancer.

Pourtant, les lits de bronzage continuent d’avoir la cote, et ce, malgré plusieurs campagnes de sensibilisation. Ça fait quand même des années qu'on parle des effets néfastes de ces machines-là, affirme Katrine Labelle, agente de service à la communauté à la Société canadienne du cancer.

Elle est convaincue que si les jeunes participent au Photomaton, ils verront les effets fatals causés par les rayons UV.

C'est assez choquant l'image qu'on reçoit après le Photomaton!

Katrine Labelle, agente de service à la communauté à la Société canadienne du cancer

Chez certains, le désir de beauté semble être plus fort que la crainte d'être malade, selon Mme Labelle.

Un sujet chaud pour les adolescents

Isabelle Chartier fréquentait les salons de bronzage de 13 à 24 ans tous les deux jours. Ce sont des problèmes de peau qui l'ont forcée à arrêter d'utiliser les lits de bronzage, mais elle continue de prendre des bains de soleil.

Une jeune femme explique des problèmes qu'elle a dû à une trop grande exposition dans les lits de bronzage,Isabelle Chartier à participer à la campagne de sensibilisation offerte ce mardi par la Société canadienne du cancer. Photo : Radio-Canada

C’est que, graduellement, ma peau est devenue de plus en plus sèche, puis il a fallu que j'utilise de la crème pour mon eczéma, explique-t-elle.

Avec l'aide d'étudiants bénévoles spécialement formés pour déboulonner les mythes sur le bronzage, la Société canadienne du cancer espère pouvoir convaincre les jeunes qu'on peut faire beaucoup pour prévenir le cancer de la peau.

Mercredi, la campagne de sensibilisation se poursuit avec un arrêt à l'école des métiers spécialisés Asticou.

Avec les informations de Rachel Gaulin

Ottawa-Gatineau

Cancer