•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Une nouvelle ère » : les progressistes-conservateurs de Dennis King élus à la tête de l'Î.-P.-É.

Dennis King lève les deux bras dans les airs, poings fermés, pour célébrer sa victoire. Autour de lui, des militants de son parti se réjouissent et tiennent des pancartes.

Le nouveau premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard et chef du Parti progressiste-conservateur, Dennis King.

Photo : CBC / Brian McInnis

Anaïs Brasier

Au terme d'une chaude lutte, les progressistes-conservateurs menés par Dennis King, qui ont passé 12 ans dans l'opposition, formeront un gouvernement minoritaire, une première à l'Île-du-Prince-Édouard.

Les conservateurs de Dennis King remportent 12 sièges, les verts en obtiennent 8, tandis que les libéraux au pouvoir, dirigés par le premier ministre sortant Wade MacLauchlan, doivent se contenter du troisième rang avec 6 députés.

Le chef du Parti progressiste-conservateur, qui mène la formation depuis février dernier, gagne un pari que plusieurs considéraient comme risqué.

Bienvenue dans une nouvelle ère pour la politique de l’Île-du-Prince-Édouard, a déclaré le nouveau premier ministre désigné à ses partisans.

Je pense que plus la campagne avançait, plus nous sentions que nous avions le vent dans les voiles.

Dennis King, chef du Parti progressiste-conservateur de l'Île-du-Prince-Édouard

C’est très important pour moi que tous se sentent accueillis par le gouvernement, a déclaré Dennis King. C’est aussi le cas des francophones et je me suis engagé à améliorer mon français. Je ne parle pas français, mais je veux apprendre. Je veux travailler avec ma communauté.

Les verts dans l'opposition officielle, une première au Canada

Le chef du Parti vert, Peter Bevan-Baker, a été réélu dans sa circonscription. Il s'agissait d'un enjeu essentiel pour la formation politique, qui a cru à une victoire pendant la campagne électorale.

Le parti était en effet en avance dans les sondages six jours encore avant les élections. S'il n'a pas été élu, le Parti vert marque tout de même l'histoire avec 8 députés, devenant ainsi l'opposition officielle pour la première fois dans l'histoire du Canada.

Un politicien est heureux d'avoir remporté un siège. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Peter Bevan-Baker, chef du Parti vert, est heureux du résultat de la soirée électorale à l'I-P-É.

Photo : Radio-Canada / Elisa Serret

Mon cœur est gonflé [de joie], mais il est également brisé, a déclaré Peter Bevan-Baker à ses partisans, réunis à la Prince Edward Island Brewing Company, à Charlottetown.

Dans son discours, le chef du Parti vert a rendu hommage au candidat Josh Underhay, qui est décédé tragiquement vendredi dernier.

Peter Bevan-Baker s’est toutefois dit plein d’espoir quant à la capacité d'un gouvernement minoritaire à créer un environnement de collaboration.

Une défaite difficile pour les libéraux

L'ambiance n'était pas à la fête chez les libéraux, le parti ayant glissé en troisième position pour la première fois de son histoire.

Wade MacLaughlan, chef du Parti libéral, a été défait dans sa circonscription de Stanhope-Marshfield.

J'apprécie l'opportunité d'avoir servi comme premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard pendant quatre ans et d'avoir mené un gouvernement qui a eu beaucoup de succès sur les plans économique et social.

Wade MacLaughlan, chef du Parti libéral de l'Île-du-Prince-Édouard et premier ministre sortant
Le chef du Parti libéral écoute une entrevue à la télévision, lors de la soirée électorale. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Wade MacLaughlan écoute l'entrevue de son adversaire du Parti progressiste-conservateur, Dennis King.

Photo : Radio-Canada

Pour connaître tous les résultats, vous pouvez consulter la page Élections Île-du-Prince-Édouard 2019.

Les conservateurs du Canada saluent la victoire de King

Le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, s’est réjoui de voir la vague bleue continuer de déferler sur le pays.

Je suis impatient de travailler avec [Dennis King] afin d’assurer la prospérité de tous ceux qui vivent à l’Île-du-Prince-Édouard, a-t-il écrit sur Twitter.

En Alberta, le premier ministre désigné Jason Kenney, qui a récemment été élu à la tête de la province sous la bannière du Parti conservateur uni, a lui aussi salué la victoire de Dennis King. La vague conservatrice qui gagne de plus en plus les gouvernements provinciaux mise sur les emplois, l’économie et la défense des contribuables!, a-t-il tweeté.

À son tour, le premier ministre Doug Ford, qui dirige le Parti progressiste-conservateur de l’Ontario, s’est dit impatient de travailler avec son homologue prince-édouardien.

Le premier ministre libéral Justin Trudeau a pour sa part félicité Dennis King, soulignant « le rôle important » joué par l’Île-du-Prince-Édouard « dans les Maritimes ».

Je suis impatient de travailler avec le gouvernement provincial dans le cadre de la Stratégie de croissance pour l'Atlantique pour créer de nouveaux emplois pour la classe moyenne et des nouvelles opportunités pour les jeunes, a-t-il ajouté par communiqué, avant de remercier le premier ministre sortant, le libéral Wade MacLauchlan, « pour ses années de service ».

Depuis 2018, quatre provinces – l’Ontario, le Nouveau-Brunswick, l’Alberta, l’Île-du-Prince-Édouard – ont porté au pouvoir des gouvernements conservateurs.

Un changement qui demeure traditionnel

Plus de 36 % des électeurs avaient déjà voté par anticipation la semaine dernière. Ce haut taux de participation par anticipation n'est pas surprenant. La petite province est reconnue pour rassembler en grand nombre ses résidents aux urnes lors des élections. Par exemple, en 2015, plus de 82 % des électeurs avaient exercé leur devoir de citoyen.

L'adage veut qu'un fort taux de participation par anticipation indique que les citoyens ont envie de changement. Les sondages semblaient démontrer qu'une vague verte représenterait ce désir de changement, mais il semble que les insulaires se sont plutôt tournés vers un choix plus traditionnel, soit les progressistes-conservateurs.

Pas de réforme du mode de scrutin

Outre élire leur prochain gouvernement, les insulaires devaient aussi décider s’ils passeront au mode de scrutin proportionnel mixte.

La proposition a été rejetée par une mince majorité d'électeurs : 49 % ont voté pour la réforme, et 51 % ont voté contre.

Aucun des deux camps n'a remporté 17 circonscriptions, le « oui » étant victorieux dans 15 circonscriptions, et le « non » dans 12 circonscriptions. L’option gagnante devait amasser 50 % des voix dans au moins 17 des 27 circonscriptions pour avoir gain de cause, comme en avaient convenu tous les partis politiques.

Si aucun camp n’arrivait à obtenir l’aval de 17 circonscriptions, « cela signifierait que [le résultat] ne serait pas contraignant pour le gouvernement », avait faire savoir Gerald Mitchell, le commissaire au référendum.

Un bureau de scrutin a fermé plus tard que prévu, soit celui situé au Centre paroissial de l'Assomption au 145, rue Stratford, à Charlottetown.

Une possible menace à la bombe en début d’après-midi a obligé la Gendarmerie royale du Canada à évacuer le bâtiment pendant son enquête. Le bureau a fermé ses portes à 19 h 30 pour rattraper le temps perdu.

À noter aussi qu'il y a une circonscription dans laquelle les électeurs n'ont pas pu voter mardi. La mort du candidat du Parti vert, Josh Underhay, et de son enfant de cinq ans ont forcé la suspension des élections dans la circonscription de Charlottetown-Hillsborough Park.

Avec les informations de La Presse canadienne, et CBC

Île-du-Prince-Édouard

Politique provinciale