•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La communauté juive se sent soutenue après une agression antisémite à Winnipeg

Des ballons avec des messages de soutien devant l'entrée du restaurant BerMax.

Des messages de soutien s'accumulent devant le restaurant BerMax sur l'avenue Corydon à Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Warren Kay

Radio-Canada

Des fleurs et des messages de soutien s'accumulent devant le restaurant BerMax, à Winnipeg, après qu'une femme a été agressée jeudi soir, et des graffitis antisémites, peints sur les murs de l'établissement. Les représentants de la communauté juive de la ville estiment qu'ils sont soutenus bien qu'ils s'inquiètent de la hausse des actes antisémites au Canada.

Selon le directeur national de la Ligue des droits de la personne et membre de B'Nai Brith, Ran Ukashi, les incidents antisémites ont augmenté partout au pays.

« On constate une augmentation des cas d'antisémitisme au Canada depuis 2015. Les régions des Prairies ont des taux d'incidents plus bas que l'Ontario ou le Québec, notamment parce qu’il y a plus de juifs dans ces régions. Le harcèlement est la cause la plus importante d’antisémitisme », remarque-t-il.

La directrice du Jewish Heritage Centre of Western Canada, Belle Jarniewski, pense que la montée du populisme et du nationalisme dans plusieurs pays n'est pas étrangère à cette augmentation.

« Les gens sentent plus qu'ils ont la permission d'exprimer des choses qui n'étaient pas acceptées par la population avant. On voit dans beaucoup de pays, notamment en Europe et aux États-Unis, qu'on peut dire des choses [antisémites] et qu'il n'y a pas énormément d'opposition. Heureusement, on voit, à Winnipeg, que la plupart des gens s’opposent à tout genre de racisme », affirme-t-elle.

Toutefois, pour la présidente de la Fédération juive de Winnipeg, Laurel Malkin, les actions de vandalisme de jeudi soir montrent que Winnipeg n’est pas à l’abri des actes antisémites.

« Je pensais que Winnipeg était immunisée face à ce type de haine que l’on voit ailleurs dans le monde. J’ai été naïve. Je ne pensais pas qu’une telle chose puisse arriver ici », déplore-t-elle.

Pour les différents représentants de la communauté juive de Winnipeg, l'antisémitisme devrait avant tout être combattu par un éveil des consciences et l'augmentation de la sensibilisation et de l’information.

Plus on apprend de choses à propos des autres croyances, plus on se rend compte que nous sommes les mêmes personnes.

Laurel Malkin, présidente de la Fédération juive de Winnipeg

« Je pense que les lois contre la haine devraient être changées et être plus strictes », affirme, pour sa part, Belle Jarniewski.

De son côté, Ran Ukashi estime que les lois existantes sont suffisantes pour répondre aux crimes haineux, mais devraient être mieux appliquées. Il invite par ailleurs la population à dénoncer tout discours haineux.

Selon le porte-parole du Service de police de Winnipeg, Rob Carver, le restaurant BerMax a été la cible de quatre crimes haineux au cours des cinq derniers mois.

Une veillée en soutien à la communauté juive aura lieu jeudi, à 18 h 30, à l'église unie Westworth sur l'avenue Grosvenor.

Avec des informations de Mathilde Monteyne

Manitoba

Crime haineux