•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2000 $ d'amende pour avoir laissé sa femme accoucher dans un motel

Le couple sortant du palais de justice.

Michael Bonnell et sa conjointe au palais de justice d'Edmundston en novembre 2018.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Accusé de ne pas avoir fourni les soins nécessaires à la vie de son bébé naissant et de sa femme après que celle-ci eut accouché dans un motel en mai dernier, Michael Bonnell a entendu sa peine la semaine dernière à Edmundston. Il écope d'une amende ainsi que d'une période de probation.

Michael Bonnell devra payer une amende de 2000 $ et sera assujetti à une période de probation de deux ans. Après avoir plaidé coupable en novembre 2018, l'homme a finalement obtenu sa peine jeudi dernier.

Les accusations qui pesaient contre la conjointe de Michael Bonnell ont été officiellement abandonnées dès le plaidoyer de culpabilité du père.

En janvier, les avocats de la Couronne et de la défense s'étaient entendus sur une amende de 1000 $. Ils ont toutefois décidé de modifier cette proposition conjointe lorsque le juge a émis des réserves. Comme il s'agissait d'un cas unique, il était difficile pour les parties de s'appuyer sur de la jurisprudence pour estimer la peine à recommander.

C’est un employé d’un motel de Saint-André dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick qui a contacté les services d’urgence. L’employé faisait du ménage dans une chambre du motel et a découvert des indices lui laissant croire qu'un accouchement s'y était déroulé. La GRC a par la suite lancé un avis de recherche pour le couple et le nouveau-né. Le couple qui louait la chambre, le bébé ainsi que des chiens en mauvais état ont été retrouvés quelques jours plus tard dans un motel d'Edmundston.

Selon ce qui a été dit en cour, le couple se serait rendu à l'hôpital pour accoucher, mais aurait décidé de partir. Michael Bonnell craignait que sa femme ait des soucis avec le ministère de l'Immigration. L'enfant est toujours sous la garde du ministère du Développement social.

Les chiens saisis ont été confiés à un service local de protection des animaux et l'homme a également écopé d'une amende de 500 $ après avoir plaidé coupable à un chef d'accusation sous la Loi sur la Société protectrice des animaux. Il ne pourra pas non plus posséder d'animaux pendant une période de deux ans.

Nouveau-Brunswick

Procès et poursuites