•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise des loyers : construire plus de logements ne suffit pas, selon un sociologue

Six immeubles résidentiels et un parc au centre-ville de Vancouver.

Le loyer moyen d'un appartement avec une chambre à Vancouver est d'environ 1300 $.

Photo : Radio-Canada / Anne-Julie Tetu

Radio-Canada

Un professeur de sociologie à la London School of Economics, David Madden, estime que la construction de nouveaux logements, encouragée par le gouvernement provincial de la Colombie-Britannique, doit s'accompagner d'aides à l'accès au logement.

Pour faire face à la crise du logement dans le Grand Vancouver et d’autres villes de la Colombie-Britannique, le sociologue recommande des mesures sociales fortes : un gel des loyers, une taxe sur les logements secondaires, des limites à la spéculation immobilière et le renforcement des droits des locataires.

David Madden reconnaît que certaines de ces politiques sont déjà en place et que personne n’a de baguette magique, mais il encourage les décideurs à changer de perspective sur la question du logement. La ville de Vancouver a créé plus d’appartements qu’elle n’a accueilli de familles dans les 15 dernières années [donc] le problème n’est pas l’offre, mais la répartition des logements.

Les gens parlent du problème du logement comme de la météo, comme si c’était une force naturelle.

David Madden, sociologue à la London School of Economics

Le chercheur craint que les logements en cours de construction soient acquis et monopolisés par les plus riches pour alimenter le marché spéculatif. Quand vous parlez aux gens et vous regardez autour de vous, vous réalisez combien la ville a changé, comment elle est utilisée et qui y vit désormais.

Il estime que les élus ont trop souvent considéré le développement immobilier comme un investissement et devraient désormais privilégier les personnes qui ont besoin de se loger.

David Madden est invité à donner une conférence, mardi soir, à l’université Simon Fraser à Burnaby sur la question du logement en tant que marchandise. Un panel composé d’universitaires canadiens et de la ministre provinciale des Affaires sociales et du Logement, Selina Robinson, doit ensuite répondre à son constat et ses propositions.

Avec les informations de The Early Edition, CBC

Colombie-Britannique et Yukon

Habitat