•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : 240 militaires déployés en Montérégie

Le drone de Radio-Canada a capté des images des inondations causées par la crue de la rivière des Outaouais.
Radio-Canada

En Montérégie, dans les Laurentides, à Laval et à Montréal, les autorités surveillent la météo des prochains jours; les précipitations annoncées pourraient avoir des répercussions sur plusieurs municipalités situées au bord de cours d'eau.

À Rigaud, en Montérégie, les autorités ont conjugué leurs efforts mardi pour faire un portrait de la situation engendrée par la crue de la rivière des Outaouais.

Cinq équipes de la Municipalité affectées aux mesures d’urgence effectuent du porte-à-porte pour recenser les résidents qui ont choisi de rester chez eux, malgré l’inondation, ainsi que les maisons qui ont été évacuées, ont indiqué les autorités lors d’une conférence de presse mardi matin.

Elles sont assistées dans cette tâche par quelque 160 des 240 militaires déployés sur l’ensemble de la Montérégie, ainsi que par des agents de la Sûreté du Québec (SQ) et par les pompiers de la Municipalité.

Vue aérienne des inondations à RigaudDe nombreuses maisons de Rigaud, en Montérégie, sont inondées en raison de la crue de la rivière des Outaouais. Photo : Images captées par le drone de Radio-Canada

Les militaires disposent de bateaux pneumatiques, de véhicules blindés légers ainsi que de véhicules de patrouille pour faire de la reconnaissance. Ils devraient rester sur place tant que la municipalité aura besoin de leurs services.

Les Forces armées ont appris de leurs erreurs de 2017, a admis le capitaine David Desaulniers, et elles peuvent compter sur de meilleurs équipements, en plus grande quantité.

De son côté, la SQ dispose de véhicules amphibies, de véhicules tout-terrain et de services héliportés qui pourraient être mobilisés pour des évacuations difficiles. Les policiers veillent entre autres à sécuriser les maisons qui ont été évacuées afin d’éviter que des voleurs ne s’y introduisent.

Le combat d’un sinistré contre les eaux

Des bénévoles de la Garde côtière auxiliaire, d’Ambulance Saint-Jean et de l’Armée du Salut mettent aussi la main à la pâte.

Selon les données les plus récentes, à Rigaud, 25 maisons sont inondées, 50 sont isolées par la crue et 76 familles ont été évacuées.

« Garder vos forces, ça va être long »

Le maire entouré de journalistes et de micros.           Le maire de Rigaud, Hans Gruenwald parle aux médias le 23 avril 2019. Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Le maire de Rigaud, Hans Gruenwald fils, affirme que la crise est loin d’être terminée et que le plus gros du travail sera à faire lorsque l’eau se sera retirée. Cela devrait prendre plusieurs semaines, selon lui.

« Gardez vos forces, ça va être long », a-t-il lancé à ses concitoyens sinistrés.

Il exhorte les résidents qui décident de quitter leur domicile à avertir les autorités en composant le 450 451-8845.

« En 2017, nous avons dépensé des énergies énormes à trouver tout le monde. Encore cette année, il y a des gens qui quittent leur maison sans nous avertir », a-t-il déploré.

Bien qu’il comprenne le désir des résidents de rester chez eux, dans leur maison qui est « leur bien », le directeur intérimaire du Service de sécurité incendie de Rigaud, Daniel Boyer, continue de les inciter à quitter les lieux.

« En 2017, il y a des gens qui ont mis leur santé en péril pour faire des sacs de sable et garder le fort, et à la toute fin, ont dû quitter, résignés, parce que l’eau avait passé par-dessus », a-t-il rappelé.

Selon lui, la crue devrait atteindre un plateau entre mardi soir et mercredi soir.

Il affirme toutefois qu’il est impossible de prévoir ce qui surviendra au cours des prochains jours dans le bassin versant de 144 000 kilomètres carrés qui alimente la rivière des Outaouais. « Ce qu’on ne peut pas contrôler, ce sont les précipitations. Il peut y avoir une pluie dans le Grand Nord qui aura des effets beaucoup plus tard », souligne-t-il.

Mesures d'urgence dans les Laurentides

Dans les Laurentides, la Municipalité d'Amherst, située au sud-ouest de Mont-Tremblant, a mis en place son plan de mesures d'urgence lundi matin, en raison des inondations qui frappent principalement les secteurs Vendée et Saint-Rémi.

Quelque 10 000 sacs de sable ont été distribués en deux jours dans cette municipalité où il reste encore de grandes quantités de neige au sol. Les pompiers et les policiers se sont rendus auprès de 46 ménages touchés par les inondations, mais la plupart ont préféré rester chez eux, a indiqué le maire d'Amherst, Jean-Guy Galipeau.

Deux centres d'hébergement sont prêts à accueillir des sinistrés.

À Saint-André d’Argenteuil, aussi située dans les Laurentides, certaines rues sont submergées en raison des précipitations des derniers jours et de la fonte des neiges qui ont fait monter le niveau des eaux de la rivière des Outaouais. Selon le plus récent bilan, 210 résidences y sont isolées et 67 personnes ont été évacuées.

« On craint toujours une situation qui pourrait empirer, indique Marc-Olivier Lavelle, maire de la municipalité. On est en observation sur l’ensemble de nos balises, sur les échelles, sur le terrain aussi. Une augmentation de l’eau est possible, voire prévue. Est-ce qu’il y aura un grand impact pour la deuxième crue? Ce sera à vérifier. »

M. Labelle indique que des militaires viendront mercredi aider à sécuriser la route 344 et le secteur de la rivière du Nord, qui traverse aussi la municipalité.

La population, qui avait été éprouvée par les inondations du printemps 2017, est toutefois mieux préparée cette fois-ci.

« Comparativement à 2017, les municipalités étaient prêtes. Les gens ont commencé à travailler très tôt sur leur maison pour les sécuriser. Donc on avait appris de 2017 et de ce que ça nous a donné comme expérience », a indiqué Sylvie D’Amours, ministre responsable de la région des Laurentides au gouvernement du Québec.

À Saint-Colomban, également dans les Laurentides, la rivière du Nord est sortie de son lit, bloquant deux des trois accès à la municipalité.

L'eau monte toujours à Laval, mais doucement

À Laval, l'eau continue de monter, mais très légèrement, a indiqué Evelyne Boudreau, porte-parole du Service de police de Laval, qui s'attend à ce que le maximum soit atteint jeudi en fin de journée.

Les autorités continuent de surveiller 815 résidences jugées vulnérables, entre autres dans les quartiers de Laval-Ouest, Sainte-Dorothée, Fabreville, Auteuil, Saint-François et Chomedey. Dans certains cas, les sous-sols risquent d'être inondés, dans d'autres, on craint par exemple des refoulements d'égouts.

En tout, 200 terrains ont été inondés dans la municipalité.

Montréal surveille la météo

Olivier Ishii-Landry dans un bateau hors-bord.À l'île Mercier, le plombier Olivier Ishii-Landry se déplace en bateau pour se rendre chez ses clients. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

À Montréal, les autorités maintiennent la surveillance des zones inondables. En prévision des pluies attendues au cours des prochains jours dans le bassin versant de la rivière des Outaouais, dont le débit se répercute sur les rivières des Prairies et des Mille Îles, les digues ont été renforcées et rehaussées.

« Nos digues sont au plus haut niveau et on attend la suite des choses, mais on est bien préparé », a indiqué mardi Bruno Lachance, directeur du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM). Il a également invité la population à « maintenir le niveau de préparation au plus haut niveau, à veiller à la situation du voisinage, à s'entraider et à être solidaire ».

M. Lachance a annoncé qu'il n'y aurait pas d'évacuation de l'île Mercier, qui fait partie de l'arrondissement de L'Île Bizard–Sainte-Geneviève et dont des résidents sont aux prises avec des inondations. « Les gens sont bien préparés [et ils] ne sont pas en danger », a-t-il précisé.

Gare aux vagues!

Un peu partout, les services d'urgence demandent aux plaisanciers et aux automobilistes d'éviter de circuler à proximité des zones submergées. Même de toutes petites vagues peuvent avoir un impact sur les bâtiments inondés, en faisant par exemple passer l'eau au-dessus des digues de fortune construites par les résidents.

Grand Montréal

Environnement