•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : des sinistrés de la Beauce nous ouvrent leurs portes

M. Théberge était de passage à Winnipeg dans le cadre d’une conférence sur l’administration publique.

Alain Rochefort

La diminution du niveau de l'eau de la rivière Chaudière permet à des sinistrés de la Beauce de retourner à leur résidence pour la première fois depuis les inondations historiques de la semaine dernière. Certains constatent l'ampleur des dommages qui sont, pour la plupart, majeurs.

C’est le cas de Carolan Guay, une résidente de Sainte-Marie qui a montré ses photos à Radio-Canada. L’eau a fait des ravages dans son petit appartement de l’avenue Saint-Patrice.

Plancher, téléviseur, lit, chaises : à peu près toutes les pièces de sa résidence sont endommagées.

« C’est décourageant. J’ai eu deux pieds d’eau, jusqu’à la hauteur des matelas. C’est bordélique. On ne peut pas ré-enménager ici. C’est tout à refaire », commente-t-elle.

Mon réfrigérateur est plein d’eau, mon lave-vaisselle est plein d’eau, mon poêle est plein d’eau. Il y a de l’eau dans la sécheuse. Il y a de l’eau partout.

Carolan Guay, résidente de Sainte-Marie
L'appartement de Carolan Guay suite aux inondations. À gauche, son frigo plein de résidus et à droite, le plancher de la cuisine

L'appartement de Carolan Guay suite aux innondations

Photo : Courtoisie Carolan Guay

Pleurs

Carolan Guay admet être passée par toute la gamme des émotions depuis le début des inondations.

« J’ai assez pleuré avant que je n’aie même pas pleuré en voyant mon appartement. On est brûlés. Depuis samedi qu’on n’a pas de maison ».

On est au stade du ménage et de se retrousser le ménage. On va nettoyer ce qu’on peut nettoyer.

Carolan Guay, résidente de Sainte-Marie

Carolan Guay souligne néanmoins la solidarité exceptionnelle de ses proches.

« Les gens m’offrent de venir m’aider. J’ai même eu des amis qui m’ont viré de l’argent sans que je leur demande. Ça en est gênant », affirme-t-elle.

Le plancher de l'appartement

Le plancher de l'appartement

Photo : Courtoisie Carolan Guay

Désastre pour un organisme de bienfaisance

Léonie Hébert fait elle aussi partie des sinistrés. En plus de sa maison, l'entrepôt de son organisme de bienfaisance a été complètement inondé à Sainte-Marie. Tout le matériel amassé pour aider les gens dans le besoin est à jeter.

« Je ne sais pas ce qu'on va faire. Tout le monde est dans le besoin. On veut aider, mais on n'est pas capable. C'est encore pire dans ce temps-là, on se sent coupable », raconte la jeune femme.

Une jeune femme constate les dégâts causés par les inondations dans un entrepôt. De nombreux débris jonchent le sol.

Léonie Hébert constate les dégâts dans l'entrepôt où elle

Photo : Radio-Canada

Les dons récoltés cette semaine devaient d'ailleurs servir à fournir du matériel de base, comme des vêtements, aux sinistrés de la Beauce.

L'organisme Léonie Hébert fonctionne uniquement grâce à des bénévoles et bon nombre d'entre eux ont aussi été inondés.

Désemparée, Léonie Hébert ne sait pas comment elle pourra reprendre ses activités dans les prochains jours. Elle a notamment demandé à la municipalité de lui fournir un local temporaire pour entreposer les dons que pourrait récolter son organisme.

« Même si on avait un élan de générosité on ne saurait même pas où mettre le matériel parce que l'entrepôt c'est fini ici. Il faut se trouver un local temporaire pour entreposer les choses. »

Supervision de la SQ

Certains sinistrés peuvent réintégrer leur domicile depuis lundi après-midi avec une preuve de résidence.

La Sûreté du Québec est responsable de l’opération.

« On demande aux gens en premier lieu de vérifier s'ils sont dans les rues concernées qui sont disponibles et ouvertes à la réintégration », explique Ann Mathieu, porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ).

Choc psychologique

Différentes consignes sont appliquées afin de s’assurer de la bonne réintégration des sinistrés.

« On s’assure qu’Hydro-Québec est passée en premier lieu, que la structure est sécuritaire. On s’assure aussi que [les sinistrés] soient accompagnés par une personne ressource au niveau psychologique, car parfois le choc que peut avoir ces gens-là en regardant l’intérieur de leur résidence peut être important ».

L’armée est également sur place pour donner un coup de main aux sinistrés.

Environnement

Société