•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les sables bitumineux sont plus polluants qu'on croyait, affirme une étude

Vue de nuit du site d'extraction de Syncrude à Fort McMurray, en Alberta

Une analyse de l'air a notamment été faite près du site d'extraction de Syncrude, à Fort McMurray.

Photo : Getty Images / Mark Ralston/AFP

Radio-Canada

Des échantillons d'air prélevés dans le nord de l'Alberta indiquent que les sables bitumineux sont plus polluants qu'on ne le pense, affirment des chercheurs.

Une nouvelle étude, menée par des scientifiques fédéraux, montre que les sables bitumineux émettent plus de gaz carbonique (CO2) que ce qu'ont indiqué les entreprises pétrolières. Selon les chercheurs, cette découverte pourrait avoir de profondes conséquences sur les stratégies du gouvernement fédéral en matière de changements climatiques.

Les scientifiques, qui travaillent principalement pour Environnement Canada, ont calculé les taux d'émission de quatre principales mines à ciel ouvert. Ils ont utilisé des échantillons d'air recueillis en 2013 à l'aide de 17 déplacements en avion au-dessus de la région.

Les résultats, publiés mardi dans le journal Nature Communications, montrent que les émissions seraient plus élevées de 64 % que ce que déclarent les entreprises pétrolières. Celles-ci se basent sur la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

D'après les chercheurs, cela signifie que les émissions de gaz à effet de serre au Canada seraient plus élevées 2,3 % que celles qui étaient estimées initialement, et ce chiffre pourrait même monter jusqu'à 6 %, s'il s'avère que d'autres sites de sables bitumineux ont également déclaré des chiffres inférieurs aux émissions réelles.

Les entreprises ne seraient pas en cause

L'auteur principal de la recherche, John Liggio, d'Environnement Canada, n'attribue pas aux entreprises de sables bitumineux l'écart entre les données.

« Elles font ce qui leur est demandé, alors elles n'ont pas publié des données différentes délibérément », dit-il.

John Liggio mentionne les différences entre les méthodes utilisées.

Les entreprises des sables bitumineux n'ont pas le choix : elles doivent déclarer leurs émissions de gaz à Ottawa, conformément aux obligations du Canada en vertu de la CCNUCC.

La méthode standard est « ascendante », explique le chercheur, c'est-à-dire que les entreprises calculent la quantité de carburant utilisé, de l'extraction jusqu'à la livraison du pétrole brut aux raffineries. Elles mesurent ensuite les émissions en s'appuyant sur les carburants utilisés durant tout le processus.

John Liggio et son équipe ont plutôt adopté une approche « descendante » pour faire leur analyse, en utilisant des centaines d'échantillons d'air recueillis durant plus de 80 heures de vol au-dessus de la mine de Mildred Lake de Syncrude Canada, de Millenium et de North Steepbank, de Suncor, de la mine Horizon, de Canadian Natural Resources (dont l'ancienne mine de Shell, Jackpine, qui est maintenant presque détenue entièrement l'entreprise Canadian Natural Resources).

L'écart entre les calculs de CO2 des mines par rapport à ceux des chercheurs, était de 13 % à Suncor, de 36 % à la mine Horizon de Canadian Natural, de 38 % à Jackpine et de 123 % à Mildred Lake.

L'étude exclut notamment les émissions des installations de sables bitumineux qui utilisent la technique d'extraction in situ. Celle-ci consiste à injecter sous terre de la vapeur très chaude pour séparer le bitume du sable, qui pourra alors être plus facilement pompé à la surface.

Environ 80 % des réserves de pétrole en Alberta utilisent cette technique. Le total des émissions pourrait donc être encore plus élevé que ce qu'indiquent les nouvelles données.

Industrie pétrolière

Environnement