•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un collectif souhaite rapprocher les jeunes Métis du Canada

Une femme et un homme dans un champ de blé vert.
Justin Wiebe et Lindsay DuPré préparent un rassemblement à Saskatoon du 14 au 19 juillet pour les jeunes Métis de partout au Canada. Photo: Lindsay DuPré
Radio-Canada

Un nouveau collectif métis souhaite créer des liens entre des jeunes de partout au Canada afin de renforcer leur identité et bâtir une nation métisse plus forte. Le projet Mamawi a été lancé sur Instagram et sur Facebook il y a quelques semaines.

Selon l’initiateur du projet, Justin Wiebe, le but est de se soutenir mutuellement.

« En tant que collectif, on peut réaliser des choses importantes, affirme le jeune homme originaire de Saskatoon et qui vit maintenant à Toronto. Le projet Mamawi a pour objectif de nous rassembler en tant que jeunes Métis afin de célébrer ce que nous sommes. »

Le collectif souhaite notamment publier un article hebdomadaire mettant en évidence des mots importants. Le mot Mamawi signifie « ensemble » en cri, en anichinabé et en michif.

Le projet Mamawi a récemment reçu une subvention pour organiser un rassemblement à Saskatoon, du 14 au 19 juillet. L'espoir est de réunir les jeunes Métis de partout au Canada et des leaders métis.

« On veut simplement essayer de bâtir des ponts entre nous », affirme une responsable du collectif, Lindsay DuPré.

« Il y a tellement de Métis qui font des choses vraiment importantes et étonnantes, mais qui ne reçoivent pas nécessairement l'attention qu'ils méritent, explique-t-elle. Les médias sociaux sont un endroit où nous pouvons partager tout cela. »

Les membres du collectif sont originaires du Manitoba, de la Saskatchewan, de l’Alberta, de l’Ontario, de la Colombie-Britannique, des Territoires du Nord-Ouest et du nord des États-Unis.

Un dessin du projet Mamawi.Le nom «Mamawi» signifie «ensemble» en cri, en anichinabé et en michif. Photo : Facebook: The Mamawi Project

Plusieurs manières d’être Métis

« J'étais vraiment excitée quand Lindsay et Justin m'ont parlé de cette idée », raconte Lucy Fowler, originaire de Winnipeg.

Même si elle a grandi au sein d'une grande communauté métisse, elle dit qu’elle n’a pas eu beaucoup d'occasions de rencontrer des gens de l'extérieur de la province.

« En grandissant, je me sentais très déconnectée de mes racines, explique Lucy Fowler. Nous n'avions pas de traditions. Je pensais que je n’étais pas assez Métisse. »

« Ce projet me passionne. Je veux m'assurer que les autres jeunes grandissent en voyant qu’il y a plusieurs manières d’être Métis », ajoute Mme Fowler.

« On veut être en mesure de susciter des questions et des réflexions sur la façon de mieux atteindre cet objectif », ajoute Lindsay DuPré.

« On doit tous unir nos forces et déterminer notre avenir », renchérit Justin Wiebe.

Autochtones

Société