•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le lac Saint-Pierre sous haute surveillance

Une chaloupe se trouve devant une maison inondée de Maskinongé.

Sur le rang de la Rivière Sud-Ouest, à Maskinongé, des riverains disent être plus inondés qu’en 2017. Pour certains, l’eau atteindra bientôt le rez-de-chaussée de leur domicile.

Photo : Radio-Canada / Maude Montembeault

Radio-Canada

Les résidents riverains du lac Saint-Pierre ne sont pas au bout de leur peine : le niveau de l'eau pourrait atteindre son niveau maximal « demain, peut-être après-demain », selon la Sécurité civile du Québec.

Le porte-parole national de la Sécurité civile du Québec, Éric Houde, rapporte que la progression du niveau de l’eau dépendra de la fonte des neiges au nord, qui vient s’ajouter à toute l’eau qui arrive de l’ouest de la province, et du « bouchon » que forment les marées hautes actuellement assez hautes sur le fleuve Saint-Laurent.

Mais la pleine lune est en décroissance, ce qui fait que le système des marées est en train de baisser, ajoute le porte-parole de la Sécurité civile. Ça va descendre le seuil des hautes marées […] et ça va faire de la place pour que le lac Saint-Pierre puisse se vider. On pense que dans 3-4- jours, ça devrait diminuer la pression sur le lac Saint-Pierre.

Mardi matin, le niveau du lac Saint-Pierre était de près d’un mètre de plus que le seuil d’inondation minimum, selon les mesures de la Sécurité publique du Québec, qui considère qu’il s’agit d’une inondation majeure.

Le porte-parole régional de la Sécurité civile du Québec, Bernard Létourneau, s’est entretenu mardi matin avec l’équipe de Facteur matinal. Cliquez ici pour écouter l’entrevue.

Le niveau du lac Saint-Pierre a atteint 3,71 mètres mardi après-midi, ce qui surpasse la marque de 3,54 mètres enregistrée en 2017.

Il est cependant prévu que le niveau de l’eau aille à la baisse dans les prochaines heures.

Geneviève Guilbault discute avec un homme vêtu d'un dossard orange.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault a rencontré des élus municipaux et des représentants de l'armée à Yamachiche.

Photo : Radio-Canada / Catherine Bouchard

La ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault, abonde dans le même sens. « Aujourd’hui et demain, les secteurs les plus critiques qu’on surveille, c’est vraiment le Centre-du-Québec, la Mauricie, la Capitale nationale, Chaudière-Appalaches, qui est déjà dans un état très critique, à Sainte-Marie et à Beauceville, notamment », a-t-elle affirmé en entrevue à Gravel le matin.

Le fleuve Saint-Laurent aussi surveillé de près

Le niveau du fleuve Saint-Laurent devrait continuer à monter à Trois-Rivières mardi et mercredi.

Mardi après-midi, le niveau de l’eau était de 3,79 mètres, soit 54 centimètres de plus que le seuil d’inondation minimum (3,25 mètres).

Des militaires ont de l'eau jusqu'à la taille sur le terrain d'une résidence de Champlain. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des militaires vérifient si les résidents riverains du fleuve Saint-Laurent à Champlain ont besoin d'aide pour faire face à la crue des eaux.

Photo : Radio-Canada

Des patrouilles des Forces armées canadiennes ont été menées dans différents secteurs riverains, notamment à Champlain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Conditions météorologiques