•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une hausse des niveaux de l'eau est toujours à prévoir

Rue submergée par la rivière.

La rue Jacques-Cartier, à Gatineau, est maintenant submergée par l'eau de la rivière des Outaouais à la hauteur du Quai-des-Légendes.

Photo : Radio-Canada / David Richard

Radio-Canada

Le niveau de l'eau continue d'augmenter tranquillement à Gatineau. Une partie de la rue Jacques-Cartier est maintenant submergée à la hauteur du Quai-des-Légendes, un endroit où des résidences ont été durement touchées lors de la crue printanière de 2017.

Denis Baril et sa conjointe, Guylaine Belec, ont été inondés en 2017 et ont depuis investi des milliers de dollars pour protéger le sous-sol de leur résidence, située rue Jacques-Cartier.

Ils s'opposent au plan du gouvernement Legault, qui propose de dédommager les résidents touchés par la crue des eaux à une hauteur maximale de 100 000 $ et d'offrir 200 000 $ aux résidents qui veulent déménager.

Deux personnes en entrevue devant une maison.

Denis Baril et Guylaine Belac n'ont pas du tout l'intention de quitter leur résidence de la rue Jacques-Cartier, à Gatineau, même s'il s'agit d'un secteur inondable.

Photo : Radio-Canada

Un montant ridicule, selon le couple. La valeur du terrain c’est 216 000 $ ou 220 000 $, affirme Denis Baril. Tout de suite, au départ, le gouvernement va me dire : " Tu n’auras pas ta pleine valeur, on te donne 200 000 $, déménage". Au départ, c’est illogique.

François Legault s'est dit ouvert, lundi, à déménager des quartiers complets si nécessaire.

Selon Guylaine Baril, les gens qui ont pris des mesures pour éviter d'être inondés ne devraient pas être forcés de déménager par le gouvernement. Les inondations, c’est deux semaines à peu près par année, dit-elle. Pourquoi déménager pour deux semaines? Là on le sait, on est au courant, on prend des mesures pour se protéger.

On s’est posé la question, on s’est demandé si ça valait la peine. On a tellement un bel endroit, c’est fantastique, rester ici, c’est lumineux, c’est joyeux. En tout cas, moi, je ne veux pas retourner nulle part ailleurs.

Guylaine Belec, résidente de la rue Jacques-Cartier
Rue submergée avec des maisons en rénovations.

L'eau recouvre maintenant une partie de la rue Jacques-Cartier, près du Quai-des-Légendes à Gatineau, où la crue printanière avait fait beaucoup de dégâts en 2017.

Photo : Radio-Canada / David Richard

Le niveau de l'eau continuera de monter

Des inondations semblables à celles de mai 2017 sont toujours probables à compter de la semaine prochaine selon la Commission de la planification de la régularisation de la rivière des Outaouais (CPRRO).

Le débit de l’eau dans la rivière des Outaouais est en ce moment d’environ 7700 mètres cubes par seconde, et il occupe le 10e rang parmi les débits les plus élevés enregistrés depuis les 120 dernières années.

Pour l’instant, le niveau de l’eau s’est stabilisé entre Ottawa et Hawkesbury, mais les précipitations attendues maintenant au cours des prochains jours pourraient entraîner de sérieux problèmes selon l’ingénieure en chef de la CPRRO, Manon Lalonde.

Il y a deux jours à peine, ce que l’on voyait, c’est juste un petit peu de pluie pour aujourd’hui et demain, mais là ça s’est confirmé hier que ce sera un épisode de pluie plus important, a affirmé Manon Lalonde en entrevue mardi aux Matins d’ici.

Toute l’eau du ruissellement qui s’écoule sur le sol vers les cours d’eau ne peut pas être retenue. Elle finit par passer dans la rivière et ça prend un bout de temps, parfois plusieurs jours avant de faire son chemin jusqu’ici.

Manon Lalonde, ingénieure en chef de la Commission de la planification de la régularisation de la rivière des Outaouais

Les niveaux demeurent élevés pour l’instant et vont continuer de monter entre le lac Coulonge et le lac Deschênes jusqu’à la fin de la semaine pour atteindre une pointe à partir de dimanche. Le niveau de la rivière des Outaouais y sera alors semblable à celui de mai 2017.

Les nuages se reflètent dans la rue entièrement inondée.

Les inondations ont transfiguré les rues Blais et Saint-Louis dans le secteur de Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Hugo Bélanger

À l’est de la rivière Gatineau, le niveau de la rivière des Outaouais sera stable pour quelques jours, mais une hausse est à prévoir pour les prochains jours avec une pointe qui sera atteinte lundi prochain. Le niveau de la rivière entre Gatineau et Grenville sera alors légèrement sous celui de mai 2017.

Des prévisions qui pourraient cependant changer en fonction des quantités de pluie reçues et de la rapidité de la fonte de la neige.

90 % de l’eau dans la rivière aujourd'hui provient du ruissellement printanier. Il n’y a presque rien qui sort des réservoirs, la grande majorité de l’eau est retenue et on en a encore pour une bonne semaine avant que les réservoirs laissent sortir davantage d’eau.

Manon Lalonde, ingénieure en chef de la Commission de la planification de la régularisation de la rivière des Outaouais

Ce qui complique la situation, selon Manon Lalonde, c’est que les grands réservoirs situés principalement au nord de la région, et où s’accumule l’eau de la fonte des neiges, ne peuvent gérer qu’une certaine partie de l’eau qui entre dans le bassin versant.

C’est à ce moment que la situation pourrait se compliquer davantage, croit Mme Lalonde.

Éventuellement, les réservoirs vont s’approcher de leurs seuils maximums et vont devoir sortir davantage d’eau, dit-elle. Alors ce qu’on souhaite vraiment, c’est qu’il n’y ait plus de précipitations, que ce soit terminé et qu’on ait juste à gérer la fonte de la neige.

Transport scolaire affecté

En raison de la crue des eaux, la Commission scolaire des Draveurs (CSD) a averti les parents que certains circuits d'autobus pourraient être affectés lors du retour à la maison mardi après-midi.

Des parcours pourraient être modifiés et des retards seraient à prévoir, notamment dans le quartier de Pointe-Gatineau et à Val-des-Monts, en raison des détours et des rues inondées.

Ottawa-Gatineau

Conditions météorologiques