•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toronto rend hommage aux victimes de l'attaque au camion-bélier

Photo de coeurs dessinés à la craie sur le trottoir.

Des dessins à la craie à la place Olive, près des lieux de la tragédie, commémorant l'attaque au camion-bélier survenue il y a un an.

Photo : Radio-Canada / Anne-Marie Provost

Radio-Canada

Les commémorations marquant le premier anniversaire de l'attaque au camion-bélier à Toronto ont finalement commencé au centre civique de North York, ce mardi, un peu après 14 h.

Il y a un an, une camionnette montait sur le trottoir de la rue Yonge à Toronto et fauchait les piétons sur son passage, faisant 10 morts et 16 blessés. Le procès de l'auteur présumé de l'attaque, Alek Minassian, doit s'ouvrir l'an prochain.

Depuis le début de la journée, les passants sont invités à se réapproprier la rue Yonge en y écrivant des messages d’espoir à la craie. Plusieurs gerbes de fleurs et messages commémoratifs aux victimes et à leurs familles ont également été déposés près des lieux de l'attaque.

Des fleurs et un mot pour l'une des victimes, Geraldine Brady.

Plusieurs gerbes de fleurs en hommage aux victimes ont été déposées près des lieux de l'attaque.

Photo : Radio-Canada / Sébastien St-François

Cérémonie retardée

Par la suite, malgré un léger retard attribuable aux orages, la cérémonie officielle s'est tenue dans la salle du conseil communautaire du centre civique de North York.

L'aumônier des pompiers de Toronto, Hugh Donnelly, a invité tour à tour les familles de chaque victime à déposer une rose dans un vase en l’honneur des disparus, avant de demander à l’assemblée d'observer une minute de silence.

Une chorale du quartier a entonné un chant, avant de laisser le poète torontois Albert Moritz lire un court texte. M. Donnelly a ensuite repris la parole pour inviter la communauté au dialogue.

Une cérémonie comme celle-ci est faite pour briser les murs de l'isolement, a-t-il déclaré, avant de demander aux membres de l'audience de prendre quelques secondes pour échanger un mot avec la personne assise à leurs côtés.

L'un des organisateurs du rassemblement commémoratif de mardi, Sean Huh, un pasteur du groupe Circle Faith, ajoute qu'il y aura un souper communautaire vers 18 h. L'objectif est d'apprendre à connaître ses voisins. Il y aura des conversations, des discussions entre résidents qui ne se connaissent pas, a-t-il expliqué.

Le drapeau canadien est en berne à l'hôtel de ville de Toronto pour marquer le triste anniversaire. Les lettres géantes à la place Nathan Phillips seront par ailleurs éteintes, mardi soir.

Toronto toujours sécuritaire, selon son maire

La classe politique a largement souligné le triste anniversaire par des tweets et des déclarations.

Il y a un an, une terrible tragédie a frappé le coeur de notre ville, de notre province et de notre pays. Il aura suffi de quelques instants d'horreur pour que des vies innocentes soient perdues et d'autres, bouleversées à jamais.

Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

De son côté, le chef de police Mark Saunders constate qu'un an après la tragédie, le processus de guérison se poursuit pour de nombreux civils, membres du corps policier et premiers répondants.

Il salue la réaction des gens ordinaires qui se sont précipités [le 23 avril 2018] pour aider des victimes, qui ont consolé des étrangers près d'un mémorial improvisé ou qui ont apporté de la nourriture aux policiers et à d'autres premiers répondants, raconte-t-il, y voyant un exemple extraordinaire de la fibre des Torontois.

Le maire John Tory dit que la tragédie a montré les liens qui unissent les résidents. On a vu une ville unie contre la haine, affirme-t-il.

Tout comme le chef de police, il assure que Toronto demeure une ville sécuritaire.

Pour sa part, la chef du NPD Andrea Horwath invite les Ontariens à se rappeler ceux et celles qui ont perdu la vie et à penser aux personnes qui les aimaient.

Un mémorial approprié et permanent

Dix personnes.

Les 10 personnes happées mortellement par le camion-bélier à Toronto en avril 2018.

Photo : Radio-Canada

La Ville doit entamer plus tard ce printemps des consultations pour ériger un monument à la mémoire des victimes de l'attaque au camion-bélier. Un mémorial approprié et permanent sera installé, a même rappelé l'aumônier des pompiers de Toronto, Hugh Donnelly, lors de la cérémonie.

Entre-temps, des plaques temporaires ont été installées dans le secteur.

Un court texte décrit la « tragédie » de la rue Yonge, survenue le 23 avril 2018.

Une des plaques commémoratives temporaires placées par la ville de Toronto en attendant un mémorial permanent.

Photo : Radio-Canada / Sébastien St-François

Larry, un résident qui a été témoin de l'attaque, raconte qu'il revient chaque jour à la place Olive, près des lieux de la tragédie, pour se souvenir des victimes. C’est difficile à oublier, dit-il. On passe par-dessus en regardant vers l’avenir, jour après jour.

Avec les informations de CBC News

Toronto

Crimes et délits