•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deuxième semaine d'évacuation des résidents de Kashechewan

Des membres de la Première Nation de Kashechewan descendent de l'avion à Kapuskasing.
Les résidents de Kashechewan doivent être évacués chaque printemps en raison des inondations que peut causer le dégel de la rivière Albany. Photo: Radio-Canada / Francis Bouchard
Radio-Canada

Une semaine après son début, l'évacuation des 2500 résidents de Kashechewan se poursuit, alors que le dégel de la rivière Albany menace d'inonder le territoire de la communauté autochtone.

Le directeur général de la Ville de Kapuskasing, Guylain Baril, indique que la municipalité a déjà reçu un peu plus de 500 évacués. La capacité d’accueil maximale est d’environ 550 personnes et les places restantes sont réservées principalement aux familles de ceux qui ont été évacués en priorité.

À ce temps-ci de l’année, à Kashechewan, c’est la saison de chasse à l’outarde et il y a des chasseurs qui sont dans le bois et qui reviennent dans la communauté des fois après que l’évacuation est commencée. À ce moment-là, on garde un peu de capacité pour que ces chasseurs-là viennent rejoindre leur famille ici, à Kapuskasing, explique M. Baril.

Même si la municipalité est désormais habituée à accueillir les évacués qui doivent quitter la côte de la baie James chaque printemps, elle révise régulièrement certains paramètres, selon M. Baril. Cette année, entre autres, une étudiante stagiaire en médecine est responsable de l’organisation d’activités récréatives pour les enfants et d’autres centrées sur la santé pour les adultes.

Si on se met à leur place, c’est long, s’en aller dans une communauté qui n’est pas la nôtre et y passer plusieurs semaines, on trouve le temps long, donc on s’efforce de les divertir et de les occuper, note-t-il.

Avec la collaboration du Kapuskasing Friendship Centre, la Ville évalue également la possibilité d’ériger un tipi dans le parc Riverside pour permettre aux gens d’aller [y] passer du temps et préparer de la cuisine, du manger à leur façon traditionnelle, ajoute le directeur général.

On se gratte la tête toutes les fois, et on les consulte pour voir ce qu’ils aimeraient faire ou avoir pendant qu’ils sont ici et [pourvu] que les idées soient réalistes, on met la main à la pâte et on essaie de rendre ça réalité.

Guylain Baril, directeur général de la Ville de Kapuskasing

Les autres municipalités d’accueil des évacués de Kashechewan sont Timmins, Thunder Bay et Cornwall.

Nord de l'Ontario

Autochtones