•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Île-du-Prince-Édouard choisit son prochain gouvernement aujourd'hui

Les quatre chefs se serrent la main.

Les chefs des principaux partis politiques : le néo-démocrate Joe Byrne, le progressiste-conservateur Dennis King, le vert Peter Bevan-Baker et le libéral Wade MacLauchlan

Photo : CBC/Brian McInnis

Radio-Canada

Les électeurs de l'Île-du-Prince-Édouard sont appelés aux urnes aujourd'hui pour élire leur prochain gouvernement et pour se prononcer, par référendum, sur un nouveau mode de scrutin proportionnel mixte.

Les bureaux de scrutin sont ouverts de 9 h à 19 h. Plus de 36 % des électeurs admissibles ont déjà voté par anticipation.

Voici un rappel des grandes lignes des programmes des quatre principaux partis. Au cours des dernières semaines, ils ont tous mené une campagne polie et respectueuse. Pourtant, chacun a tenté, à sa manière, de faire bouger les choses pour attirer les votes.

Les libéraux misent sur l’économie et la santé

Le premier ministre sortant et chef du Parti libéral, Wade MacLaughlan, a notamment promis de réduire de 10 % l’impôt foncier sur les premiers 200 000 $ de la valeur imposable des maisons et de verser un rabais de 300 $ par année aux locataires dont le loyer est inférieur à 1500 $ par mois.

Le chef du Parti libéral de l'Île-du-Prince-Édouard, Wade MacLaughlan.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Wade MacLaughlan a déjà voté par anticipation. Il profite donc de la journée pour faire le tour de ses quartiers généraux.

Photo : Radio-Canada / Catherine Allard

Le Parti libéral a aussi promis d’augmenter le salaire minimum à 14 $ l’heure d’ici 2022.

Autre promesse des libéraux : s'ils sont réélus, ils consacreront 50 millions de dollars au recrutement et à la rétention de médecins, en particulier dans les régions rurales.

Très réservé et prudent au sujet de ses prévisions et des résultats, Wade MacLaughlan a refusé de dire mardi s'il restera à la tête du Parti libéral dans l’éventualité d’un gouvernement minoritaire.

Le Parti vert se tourne vers les plus démunis, le logement et l’écologie

Le favori dans les sondages depuis près d'un an, le Parti vert, a dévoilé très rapidement sa plateforme électorale, sur laquelle il travaillait depuis déjà plusieurs mois.

D'entrée de jeu, le parti de Peter Bevan-Baker consacrerait 10 millions de dollars à la bonification des prestations d'aide sociale. Il s'engage aussi à mener un projet pilote de revenu de base garanti et à relever le salaire minimum à 15 $ l'heure au cours d'un premier mandat.

Des employés du bureau de scrutin accueillent Peter Bevan-Baker et son épouse.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Peter Bevan-Baker, chef du Parti vert, a voté mardi matin dans sa circonscription de Kellys Cross - Cumberland.

Photo : Radio-Canada

Un gouvernement vert à l'Île-du-Prince-Édouard investirait aussi 5,5 millions de dollars pour soutenir l'offre de logement abordable.

Sans surprise, un gouvernement vert à Charlottetown voudrait imposer une taxe sur le carbone, calquée sur le modèle du gouvernement fédéral. Les sommes perçues seraient remises aux contribuables, promet Peter Bevan-Baker.

Le programme vert prévoit aussi des mesures incitatives pour l'achat d'un véhicule électrique.

Un pari important pour les progressistes-conservateurs

Le Parti progressiste-conservateur joue gros dans ces élections. Certains sondages prédisent qu'il pourrait se retrouver en troisième place, derrière les verts et les libéraux. Ce serait du jamais-vu pour la formation qui a gouverné l'Île-du-Prince-Édouard pendant 55 ans depuis l'entrée de la province dans la Confédération en 1873.

Il a dévoilé son programme complet plus tard que les autres, mais a fait plusieurs promesses tout au long de la campagne. Notamment, le Parti progressiste-conservateur élu construirait un nouvel hôpital psychiatrique à Charlottetown, développerait un programme préscolaire pour les enfants de 4 ans, autoriserait la vente de bière dans les dépanneurs et créerait une banque de terrains dans le but de préserver les terres agricoles.

Dennis King s'adresse aux membres du Parti progressiste-conservateur de l'Île-du-Prince-Édouard le 9 février 2019 à Charlottetown.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dennis King.

Photo : Radio-Canada / CBC / Brian McInnis

Le Nouveau Parti démocratique lutte contre les changements climatiques

Loin dans les sondages, les néo-démocrates de l’Île-du-Prince-Édouard ont proposé un nouveau pacte vert.

Le NPD propose notamment d'investir 144 millions de dollars dans la transition vers une économie verte. Le parti pense ainsi créer 9700 emplois d'ici 5 ans.

Le parti présente des candidats dans 24 des 27 circonscriptions de l'île, mais croit être en mesure d’en faire élire un ou deux, dont son chef, Joe Byrne.

Un homme debout devant un groupe de personnes qui tiennent des affiches.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef du Nouveau Parti démocratique de l'Île-du-Prince-Édouard, Joe Byrne, avec les candidats de son parti, lors du dévoilement de son programme électoral.

Photo : Radio-Canada / François Pierre Dufault

Île-du-Prince-Édouard

Politique provinciale